Begin main content

Association d’un ß2-agoniste à action prolongée (BAAP) et d’un corticostéroïde en comparaison à un BAAP seul contre la maladie pulmonaire obstructive chronique

Dernière mise à jour : 27 mars 2007
Gamme de produits : Évaluations des technologies de la santé, Les rapports technologiques
Issue: 83
Type de résultat : Rapports

Technologie et affection

Traitement d’association (TA) par un ß2-agoniste à action prolongée (BAAP) en inhalation et un corticostéroïde en inhalation (CSI) chez les patients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

Le problème

La MPOC touche au moins 3,2 % de la population adulte et entraîne des coûts de soins de santé considérables. Un TA est recommandé en pratique clinique, mais son rapport coût-efficacité et ses incidences budgétaires possibles sont incertains.

Méthodes et résultats

Une analyse documentaire méthodique a relevé trois essais contrôlés randomisés pertinents desquels nous avons tiré des estimations des changements du nombre d’exacerbations, des effets indésirables graves et des taux de mortalité. Au moyen d’un modèle de Markov, nous avons évalué le rapport coût-efficacité de trois ans et à vie du TA en comparaison à un BAAP seul pour quatre stratégies de traitement de la maladie. La stratégie 1 (hypothèse de base) consistait à administrer un BAAP à tous les patients. La stratégie 2 consistait à administrer un CSI en association à un BAAP aux patients au stade 3 de la maladie. La stratégie 3 consistait à administrer un CSI en association à un BAAP aux patients au stade 2 ou 3 de la maladie. La stratégie 4 consistait à administrer un CSI en association à un BAAP à tous les patients. L’analyse des incidences budgétaires du passage d’un BAAP à un TA a été basée sur les données sur l’utilisation en Alberta.

Incidence sur la prise de décisions

  • Un TA est plus efficace qu’un BAAP seul à tous les stades de la MPOC. Les données actuelles semblent indiquer qu’un TA réduit le nombre global d’exacerbations et améliore la qualité de vie davantage qu’un BAAP seul. Rien n’indique que le taux de mortalité varie d’une stratégie à l’autre.
  • Le rapport coût-efficacité varie d’une stratégie à l’autre. Le coût à vie d’un BAAP (taux d’actualisation de 5 %) est de 9 636 $ par patient atteint de MPOC. L’ajout d’un CSI chez les patients les plus gravement atteints (stratégie 2) produit une augmentation de 93 $ par patient; la stratégie 3 augmente le coût de 321 $; et la stratégie 4 augmente le coût de 3 120 $. Chaque stratégie comporte une augmentation supplémentaire de 0,01 année de vie pondérée par la qualité (QALY) par patient. Ceux qui sont disposés à payer 50 000 $ pour une QALY diraient que les stratégies 2 et 3 ont un rapport coût- efficacité favorable.
  • Un TA exige des ressources et une planification supplémentaires. Le passage de tous les patients de plus de 65 ans d’un BAAP seul à un TA augmenterait les coûts, par extrapolation, de 3,3 millions de dollars en Alberta et 43,7 millions de dollars à l’échelle nationale.

Le présent résumé est tiré d’un rapport exhaustif d’évaluation d’une technologie de la santé disponible dans le site Web de l’ACMTS (www.acmts.ca) : Mayers I, Jacobs P, Marciniuk DD, Chuck A, Varney J. Association d’un ß2-agoniste à action prolongée (BAAP) et d’un corticostéroïde en comparaison à un BAAP seul contre la maladie pulmonaire obstructive chronique.