L’ACMTS tient à appuyer les décideurs du secteur de la santé canadiens durant cette période difficile et incertaine.
Pour trouver des outils, ressources et données probantes touchant la COVID-19, consultez notre portail sur la COVID-19.

 

Begin main content

Consommation d'eau potable fluorée : effets neurologiques et cognitifs

Dernière mise à jour : 23 octobre 2019
Numéro de projet : RC1198-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Médicaments
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quels sont les effets neurologiques ou cognitifs de la consommation d’eau potable fluorée dans les collectivités, comparativement à la consommation d’eau non fluorée ou d’eau fluorée à divers degrés, chez les personnes de moins de 18 ans?

Messages clés

Nous avons repéré une étude prospective de cohorte de naissance examinant le lien entre la consommation d’eau fluorée durant la grossesse et le quotient intellectuel des enfants à l’âge de trois et quatre ans. Tant dans les estimations non ajustées que dans les estimations ajustées, on n’observe pas de lien significatif entre une hausse de 1 mg/l de fluor dans les urines des mères et le quotient intellectuel (QI) global, représentant la somme de toutes les mesures du test, constatation valable dans l’ensemble de l’échantillon (filles et garçons) ainsi que chez les filles seulement. Les estimations ajustées ne montrent pas non plus d’association statistiquement significative entre une augmentation de 1 mg/l de fluor dans les urines des mères et le quotient d’intelligence de performance et le quotient d’intelligence verbale de tous les enfants. Chez les garçons, toute hausse de 1 mg/l de fluor dans les urines maternelles est associée à une baisse de 4,49 points du quotient intellectuel. Toute augmentation de 1 mg de l’apport quotidien de fluor chez les mères se traduit par une baisse de 3,66 points du quotient intellectuel des enfants. L’interaction entre le sexe de l’enfant et la consommation maternelle de fluor n’est pas statistiquement significative. Les données probantes sont faibles en raison de multiples limites (p. ex. distribution des données non homogène, erreurs et biais potentiels dans l’estimation de la consommation maternelle de fluor et dans la mesure du QI, facteurs de confusion potentiellement importants non contrôlés), de sorte que les résultats de l’étude sont à interpréter avec prudence.