Begin main content

Diagnostic optimal des cas présumés d’embolie pulmonaire aigüe

Dernière mise à jour : 1 mars 2018
Numéro de projet : OP0528-000
Gamme de produits : Utilisation optimale
Type de recherche : Autres
Type de résultat : Rapports

L’embolie pulmonaire (EP) consiste en un blocage de l’une des artères du poumon fréquemment causé par un caillot qui s’est déplacé d’une autre partie du corps vers le poumon. Sans traitement, elle peut être fatale dans jusqu’à 30 % des cas. La tomodensitométrie (TDM) est le mode d’imagerie le plus couramment utilisé pour diagnostiquer l’EP. Toutefois, la TDM est une source de radiation et, donc, sa surutilisation inquiète. Lorsque diagnostiquée, on la traite principalement par anticoagulothérapie.

Diagnostiquer l’EP représente un défi. D’ailleurs, la stratégie optimale pour diagnostiquer une EP est l’objet de controverse chez les experts. Alors que ses symptômes communs sont l’essoufflement, les douleurs thoraciques, et la toux, le profil clinique de l’EP varie grandement. Plusieurs outils d’évaluation clinique sont à la disposition des médecins pour les aider à déterminer quels patients ont besoin d’imagerie et de tests additionnels, mais on les utilise de façon incohérente. Il arrive souvent qu’un ensemble d’analyses soit prescrit à un cout pouvant être très élevé et dont le résultat peut être un diagnostic manqué ou un surdiagnostic. Puisqu’il existe une grande variété d’outils d’évaluation clinique, de tests diagnostiques et de modalités d’imagerie — chacune possédant différents accessoires qui en augmentent les performances —, les règles concernant les décisions cliniques et les modalités d’imagerie appropriées pour évaluer l’EP demeurent imprécises.

Pour relever ce défi, l’ACMTS entreprend un projet d’utilisation optimale qui évaluera l’exactitude des tests diagnostiques, l’efficacité clinique, la rentabilité et l’innocuité des règles concernant les décisions cliniques et les modalités d’imagerie appropriées pour l’EP aigüe auprès des patients provenant des milieux urbains ou ruraux et des régions éloignées. Nous tiendrons également compte des préoccupations des patients, des questions de mise en œuvre et de l’incidence potentielle sur l’environnement.