Begin main content

Évaluation de la vidéoconférence en télésanté au Canada

Dernière mise à jour : 1 juillet 2001
Issue: 14
Type de résultat : Rapports

Citer le présent document comme suit : Noorani H, Picot J. Évaluation de la vidéoconférence en télésanté au Canada. Ottawa: Office canadien de coordination de l'évaluation des technologies de la santé (OCCETS); 2001. Rapport technologique no 14.

Objectifs

Cette étude vise à (1) fournir aux décideurs du système de soins de santé du Canada de l'information générale au sujet de l'expérience collective de huit programmes de vidéoconférence (VC) en télésanté, (2) transmettre aux décideurs des données probantes relatives aux résultats de l'application de la technologie de VC pour ce qui est des soins aux patients, de l'éducation et de la formation à distance, de la satisfaction de l'utilisateur et du prestateur et des tendances de communication et (3) proposer des orientations pour l'avenir à l'aide d'une rétrospective de ce qui s'est produit, ou non, dans le domaine de la VC en télésanté au Canada ces deux dernières décennies.

Introduction

La télésanté est de plus en plus présente dans chaque province et territoire du Canada. Les facteurs qui contribuent à cet essor de la télésanté au Canada comptent notamment la capacité technologique croissante, les besoins perçus de prestation de services spécialisés aux collectivités rurales et éloignées, ainsi que la nécessité de rompre l'isolement des professionnels de la santé œuvrant en régions éloignées au moyen de programmes d'éducation continue en santé et en médecine. Néanmoins, un certain nombre d'obstacles continuent d'entraver l'adoption et la mise en application généralisées de la télésanté, y compris une infrastructure insuffisante et l'absence de normes.

Méthodes

Cette étude est une synthèse des réponses à l'enquête à laquelle ont pris part huit programmes de télésanté au Canada qui se sont servis de la VC pour les besoins de la prestation de soins de santé et de la télé-éducation continue en santé et en médecine, ainsi que des rapports d'activités qu'ils ont présentés. Les programmes de télésanté ont été identifiés comme tels suivant des critères prédéfinis par des représentants d'organismes de services de santé participants et des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. Il s'agit de six programmes provinciaux (Alberta, Terre-Neuve, Nouvelle-Écosse, Ontario, Québec, Saskatchewan) et de deux programmes territoriaux (Territoires du Nord-Ouest et Nunavut). En outre, on a effectué une recension des études de recherche parues de 1998 jusqu'à maintenant pour évaluer l'efficacité de la VC.

Résultats

En se fondant sur les résultats de l'enquête, il apparaît que la vidéoconférence pour des applications en télésanté au Canada est en transition, ni " projet pilote ", ni " programme permanent ". La plupart des programmes sont en voie d'expansion et d'élargissement. Au total, ces huit programmes rejoignent environ 150 sites au Canada.

Dans l'ensemble, les méthodes de transmission et les largeurs de bande auxquelles les programmes ont recours sont semblables. Sept programmes utilisent la VC aussi bien pour des séances liées aux patients que pour des séances de formation. L'un des programmes ne se sert de la VC que pour des séances de formation. L'évaluation des coûts d'équipement, de services de télécommunications et de main-d'œuvre qui sont subordonnés à la VC varie en fonction du nombre de sites desservis par les programmes (plage de 3 à 61 sites) et du genre d'utilisation. Une évaluation de programme indique que la VC a un effet positif sur le recours aux consultations en personne puisque moins de visites en personne sont requises, et deux autres programmes signalent que la VC a un effet positif sur l'opportunité des soins dispensés.

Chaque programme qui a répondu à l'enquête semble avoir choisi sa propre démarche de mise en œuvre. En effet, des évaluations de besoins, des résultats d'évaluations de programme et des expériences passées ont servi à orienter la mise en œuvre des programmes. Tous les programmes ont indiqué que le personnel a reçu une formation appliquée, technique ou " pratico-pratique ".

Trois programmes ont résolu des problèmes relatifs au remboursement des médecins. En effet, les médecins sont rémunérés pour les consultations en télésanté et les services aux patients par le truchement du régime provincial de remboursement des frais médicaux. Quatre programmes ont indiqué qu'ils s'attaquaient aux enjeux de remboursement au moyen de toute une gamme de mécanismes s'échelonnant de l'enveloppe-recherche aux fonds alloués au projet. Bon nombre de questions relatives aux professionnels de la santé restent non résolues. Certains programmes ont appliqué des solutions tandis que d'autres sont encore à négocier et à chercher des résolutions pour les problèmes soulevés.

La recension des études a permis de retenir plus de 270 articles et rapports. Quarante études ont été considérées comme des études principales de résultats. La santé mentale, la dermatologie, l'éducation et la formation des professionnels de la santé, ainsi que le niveau de satisfaction du patient et les tendances de communication dans les deux modes de prestation de soins de santé, soit la consultation en personne et la vidéoconférence, sont au nombre des sujets traités. Seulement deux des études provenaient du Canada, et elles comprenaient des résultats d'évaluation sur deux des programmes provinciaux retenus pour le présent projet. La majorité des études recensées comportaient des problèmes méthodologiques. Les six études portant sur l'éducation à distance par VC, quoique limitées par leur petit nombre et leur échantillon restreint, soulignent l'utilité de la VC, surtout en ce qui a trait à la formation en chirurgie. En règle générale, dans les écrits recensés, le niveau de satisfaction des patients à l'égard de la télésanté est élevé. Il a été constaté que les coûts de la téléconsultation diminuent lorsque la fréquence d'utilisation augmente et que le temps de déplacement du patient s'accroît.

Conclusions

Étant donné la taille et la population du Canada, le nombre de sites englobés par la VC et le nombre de patients examinés grâce à la VC en télésanté sont très restreints. Il est possible de mettre en place des systèmes de soins des patients à l'aide de la technologie de VC. Cependant, les écrits présentent peu de données probantes quant aux avantages économiques ou cliniques de la VC, surtout en ce qui concerne sa rentabilité par rapport aux soins dispensés en personne. Tous les programmes recensés ont signalé avoir obtenu quelque résultat positif en utilisant la VC. L'amélioration de la communication entre collègues, un meilleur accès aux soins et le niveau élevé de satisfaction des patients comptaient au nombre de ces résultats.

Il reste à résoudre bon nombre de questions importantes relatives à l'application de la VC. Le remboursement des praticiens demeure une question pendante dans certains programmes. Les programmes recensés ont ajouté de nouveaux postes, mais il n'y a pas de normes approuvées à l'échelle nationale en matière de formation et d'enseignement auprès des exploitants ou des coordonnateurs locaux. Au Canada, l'application de la VC en télésanté doit relever ses plus grands défis dans les domaines du changement organisationnel et des questions médico-légales.

La VC en télésanté au Canada occupe une position précaire au sein du système de soins de santé. Seulement deux des programmes recensés bénéficient d'un financement à long terme. En dépit de ces difficultés, la plupart des programmes ont affirmé avoir atteint leurs objectifs. Tous prévoient élargir la portée de leur programme dans les années à venir. Les programmes qui se sont prêtés à l'enquête rapportent que les praticiens et les patients acceptent de plus en plus les pratiques en télésanté. Cette acceptation est animée par le désir d'améliorer l'accès aux soins, surtout pour les patients en régions éloignées, par l'apparition de nouvelles générations de technologies conviviales et par le nombre croissant d'applications de la télésanté.

Le présent rapport formule des suggestions au sujet de considérations futures quant aux programmes de VC en télésanté. Le besoin d'études de résultats de qualité traitant de l'efficacité clinique et de la rentabilité, ainsi que le besoin de lignes directrices concernant la planification et la mise en application des programmes, la formation de l'utilisateur et la viabilité des programmes à long terme, sont au nombre de ces observations.