Examen de l'efficacité clinique, de l'innocuité et des lignes directrices de la pseudoéphédrine chez les adultes souffrant de congestion sinusale


( Dernière mise à jour : mars 25, 2015)
Numéro de projet :
RC0642-000

Détails


Question

  1. Quelles sont l’efficacité clinique et l’innocuité de la pseudoéphédrine par rapport au placébo chez les adultes souffrant de congestion sinusale ?
  2. Quelles sont l’efficacité clinique et l’innocuité de la combinaison de pseudoéphédrine et d’acétaminophène par rapport au placébo chez les adultes souffrant de congestion sinusale ?
  3. Quelle est l’efficacité clinique comparative de la pseudoéphédrine et de la combinaison de pseudoéphédrine et d’acétaminophène chez les adultes souffrant de congestion sinusale ?
  4. Que disent les lignes directrices fondées sur des preuves concernant l’utilisation de la pseudoéphédrine (avec ou sans acétaminophène) chez les adultes souffrant de congestion sinusale ?

Messages clés

Des preuves actuelles suggèrent que la combinaison de pseudoéphédrine et d’acétaminophène, soulagerait efficacement les symptômes temporaires de la congestion nasale causée par des infections des voies respiratoires supérieures ou des symptômes s’apparentant à ceux du rhume par rapport au placébo. Il n’existe aucune preuve comparant la pseudoéphédrine à ingrédient unique à la combinaison thérapeutique de pseudoéphédrine et d’acétaminophène. Le profil d’innocuité reste incertain : les effets indésirables semblent mineurs lorsque le traitement est administré de façon immédiate, le risque d’évènements indésirables graves s’accroissant avec une utilisation à long terme. Les lignes directrices fondées sur des preuves recommandent généralement l’utilisation d’un décongestionnant comme complément uniquement pour soulager les symptômes temporaires chez les patients souffrant de rhinite non infectieuse/rhinosinusite ou rhinite allergique. Plusieurs lignes directrices recensées mettent en garde contre l’utilisation d’un tel traitement chez les patients souffrant d’hypertension artérielle, de cardiopathie ischémique, de glaucome, d’hypertrophie de la prostate ou de diabète sucré.