Begin main content

Interventions en santé dans les centres de soins ambulatoires en cancérologie

Dernière mise à jour : 16 septembre 2015
Numéro de projet : ES0296
Gamme de produits : Analyse de l'environnement
Issue: 51
Type de résultat : Rapports

Contexte

Le cancer — maladie chronique complexe s’il en est une — touchera de deux à cinq Canadiens au cours de leur vie1. Le cancer requiert plusieurs types de soins, que ce soit les soins tertiaires, qui offrent un large éventail de services spécialisés, ou les soins ambulatoires locaux, qui offrent une certaine gamme de services. Les soins contre le cancer au Canada sont principalement offerts dans les grands centres urbains où l’on retrouve la prestation de services tels que les chirurgies, la chimiothérapie, la radiothérapie et l’imagerie diagnostique sophistiquée2. La technologie et les traitements ont évolué, et les patients atteints du cancer vivent plus longtemps; pourtant, les modèles de prestation de soins en cancérologie offerts aux patients en consultation externe ont stagné, ce qui rend nécessaire la mise en place de services ambulatoires modulables en cancérologie3. Les individus atteints de cancer comptent de plus en plus sur les soins ambulatoires, de l’étape du diagnostic au traitement lui-même, et au cours de toute la période des soins de longue durée4. Le nombre de patients comptant sur les centres de soins ambulatoires en cancérologie a augmenté. Cette augmentation est due à la volonté des patients de recevoir des soins près de leur domicile. On a récemment remarqué un intérêt prononcé dans la communauté de pratique en oncologie médicale envers la prestation de soins dans des centres locaux faciles d’accès pour les patients2.

Certains patients atteints de cancer ne nécessitent pas de soin d’urgence en cancérologie, ils peuvent être traités de façon plus appropriée dans un centre ambulatoire. Les traitements dans les centres ambulatoires pourraient alléger le processus pour ces patients; cela pourrait aussi améliorer l’accès aux soins pour les autres patients atteints de cancer qui nécessitent des soins tertiaires offerts par les centres de cancérologie. Les centres de soins tertiaires en cancérologie pourraient ne pas être optimaux pour la prestation de soins de longue durée et les interventions à faible risque pour lesquelles les patients doivent être vus et traités la même journée.

Au Canada, on a récemment observé un virage vers les soins de cancérologie en communauté et les services de soins ambulatoires2. Par exemple, ces dernières années, plus de la moitié des traitements de chimiothérapie ont été donnés hors des centres de soins tertiaires en Ontario et en Colombie-Britannique2. En Alberta, on estime que 30 % des traitements de chimiothérapie sont donnés en dehors des centres de soins tertiaires2, ce qui permet aux patients de recevoir des soins tout près de leur domicile.

Certaines provinces et certains territoires du Canada souhaitent établir des centres de soins ambulatoires en cancérologie qui sont indépendants des hôpitaux et situés hors de leurs murs. Ces centres fourniraient des soins moins complexes que ceux offerts par les centres de soins tertiaires en cancérologie. Puisqu’ils ne nécessitent pas l’infrastructure d’un hôpital complètement équipé, ils peuvent être mis en place plus facilement et entrer en action dans diverses communautés. Parmi les soins de santé offerts par les centres indépendants de soins ambulatoires en cancérologie, on pourrait retrouver des consultations avec des oncologues, des services de réadaptation, des injections de médicaments par des infirmières et des groupes de soutien. Il est nécessaire de considérer les facteurs relatifs à la faisabilité de tels centres; parmi ces facteurs, considérons les effectifs adéquats et qualifiés, le choix des services pouvant être offerts de façon sécuritaire et la coordination des soins aux patients avec les autres centres. Ce dernier point vise à garantir le partage de l’information entre les diverses installations ainsi que l’efficacité de la prestation des soins. Ce rapport vise à examiner le contexte actuel des centres de soins ambulatoires en cancérologie au Canada.

Objectifs

L’objectif de cette analyse de l’environnement est de relever et de résumer l’information sur les centres de soins ambulatoires en cancérologie au Canada, ainsi que les services et les soins donnés aux patients atteints du cancer hors des milieux de soins d’urgence habituels. L’analyse de l’environnement vise aussi à décrire la façon dont sont implantés les centres indépendants de soins ambulatoires en cancérologie, en portant attention à la faisabilité, aux facteurs à considérer et aux leçons apprises par l’expérience de l’implantation de ces centres.

On répondra aux questions suivantes :

  1. Quel est le contexte administratif lié à la mise en place des centres indépendants de soins ambulatoires en cancérologie hors site (en dehors du milieu hospitalier)?
  2. Quels critères sont utilisés dans la sélection des services oncologiques qui peuvent être offerts en milieu ambulatoire indépendant hors site?
  3. Quels services oncologiques et quelles interventions sont réalisés dans les centres indépendants de soins ambulatoires en cancérologie hors site?
  4. Quels sont les leçons apprises par l’expérience, les facteurs de succès, les facteurs liés aux patients et les autres considérations qui jouent un rôle dans la prestation de soins de qualité en cancérologie dans un contexte indépendant de soins ambulatoires hors site?

Méthodes

Les résultats de cette analyse de l’environnement sont fondés sur les réponses à l’Enquête sur les interventions en soins de santé dans les centres ambulatoires en cancérologie (Annexe 1). L’enquête a été distribuée aux répondants clés des organismes de lutte contre le cancer des divers territoires et provinces du Canada. Les réponses à l’enquête ont été recueillies jusqu’au 9 juillet 2015.

En plus de l’information fournie par l’enquête, une recherche documentaire limitée a été réalisée auprès des principales ressources comme Ovid MEDLINE, PubMed, les agences canadiennes de technologies de la santé, les sites Web des ministères de la santé fédéral et provinciaux, ainsi qu’une recherche ciblée sur Internet. Aucun filtre méthodologique n’a été utilisé pour limiter les données par type de publication et les résumés de communications n’ont pas été retenus dans les résultats de la recherche. La recherche était limitée aux documents publiés en anglais entre le 1er janvier 2010 et le 27 mai 2015. Des notifications ont été mises en place pour réaliser la mise à jour des données jusqu’à la fin du projet. Aux fins de la présente analyse de l’environnement, les centres de soins ambulatoires en cancérologie indépendants et situés hors des milieux hospitaliers ont été inclus dans l’étude. Les centres de soins ambulatoires en cancérologie peuvent être en partenariat avec des hôpitaux, mais les services de consultations externes et les centres situés dans les hôpitaux, ou sur le même site, ont été exclus. Les interventions et les services pris en compte dans le cadre de cette analyse sont tous les examens et tous les traitements oncologiques financés par l’État; les services et les programmes voués aux soins de longue durée, y compris les soins palliatifs. Les interventions exclues du champ de l’étude étaient les services de soin d’urgence, les interventions chirurgicales, les soins aux patients hospitalisés, le dépistage et les analyses de laboratoire. Les centres de soins tertiaires en cancérologie ont été exclus de cette analyse.

Résultats

Les données de l’enquête ont été recueillies auprès de répondants de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, de l’Ontario, du Québec et de la Saskatchewan — un répondant par province (Annexe 2).

Contextes administratifs des centres de soins ambulatoires en cancérologie hors site

Les résultats de l’enquête et la recherche documentaire ont permis de relever un seul centre de soins ambulatoires en cancérologie selon les critères prédéfinis dans le cadre de cette analyse de l’environnement. La plupart des centres de soins ambulatoires en cancérologie au Canada sont situés dans des hôpitaux ou de vastes centres de soins tertiaires en cancérologie. Voici plus d’information sur les centres en cancérologie par province ou territoire.

Alberta

En Alberta, il y a 11 centres de cancérologie communautaires qui fournissent des soins contre le cancer en milieu rural. Ils sont tous situés au sein d’un hôpital ou d’un centre de soins de santé. De plus, il y a quatre centres de soins contre le cancer dans les hôpitaux généraux qui offrent des services de radiothérapie et de thérapie systémique. Ces centres ne répondent pas aux critères de cette analyse de l’environnement, puisqu’ils sont situés en milieu hospitalier.

Colombie-Britannique

Le répondant de la Colombie-Britannique a indiqué qu’il n’y a aucune clinique de soins ambulatoires en cancérologie hors site dans la province. Il y a 23 centres communautaires de soins contre le cancer dans la province et quatre centres de cancérologie satellites situés dans les hôpitaux de la communauté. Le fonctionnement de ces centres est encadré par une collaboration entre les autorités régionales en santé et le réseau d’oncologie communautaire de l’Agence du cancer de la Colombie-Britannique; dans ces centres, des médecins généralistes traitants en oncologie aident à la prestation de thérapies systémiques après avoir suivi le programme de formation en médecine familiale en oncologie de l’Agence. Six autres centres sont en activité dans la province; cependant, il s’agit de vastes centres de soins tertiaires qui ne répondent pas aux critères de cette analyse de l’environnement.

Manitoba

Une installation indépendante où sont donnés des traitements contre le cancer est en œuvre au Manitoba en dehors des milieux hospitaliers. Elle est dirigée conjointement par Action Cancer Manitoba et l’Office régional de la santé de Brandon. On estime que 300 patients utiliseront cette installation chaque année5. Le Western Manitoba Cancer Centre à Brandon offre les services suivants :

  • un département de radiothérapie avec un accélérateur linéaire;
  • un département de chimiothérapie comportant 20 postes;
  • des soins de soutien offerts par un pharmacien, un diététicien, un travailleur social et un psychologue;
  • des salles pour les bénévoles, pour les patients et leur famille5.

Deux autres centres de cancérologie sont en œuvre au Manitoba, le premier est situé dans un hôpital, le second sur le campus d’un hôpital6-8. Les activités de ces centres sont encadrées conjointement par Action Cancer Manitoba et les hôpitaux6,8. De plus, on retrouve au Manitoba 15 emplacements où sont offerts des programmes communautaires de lutte contre le cancer, ces programmes fonctionnent comme des consultations externes et sont situés dans les hôpitaux locaux. C’est pourquoi ils ont été exclus de cette analyse9,10. Ces centres sont dirigés conjointement par Action Cancer Manitoba et les agences régionales de santé du Manitoba9.

Nouveau-Brunswick

Au Nouveau-Brunswick, les patients atteints de cancer reçoivent des soins à l’un des deux centres de soins tertiaires en cancérologie soutenus par les agences de santé régionales11.

Terre-Neuve et Labrador

À Terre-Neuve et Labrador, on retrouve trois centres de cancérologie régionaux qui œuvrent hors des centres de santé régionaux, et un centre de soins tertiaires en cancérologie12. Des unités de soins ambulatoires en cancérologie sont aussi en fonction hors des hôpitaux de la communauté.

Territoires du Nord-Ouest

Les patients habitant les Territoires du Nord-Ouest qui ont besoin de soins sont orientés vers le Cross Cancer Institute de l’Alberta, situé à Edmonton13. Des soins limités sont offerts au Stanton Territorial Hospital de Yellowknife13.

Nouvelle-Écosse

Deux centres de cancérologie régionaux et des cliniques d’oncologie satellites offrent des services hors des centres de santé communautaires et fournissent des soins ambulatoires en cancérologie. Il n’y a aucun centre de cancérologie situé hors milieu hospitalier en Nouvelle-Écosse14.

Nunavut

Il n’y a aucun service de soins en cancérologie au Nunavut. Les patients du Nunavut qui ont besoin de soins doivent aller en Ontario, au Centre de cancérologie de l’Hôpital dOttawa15.

Ontario

Le répondant de l’Ontario a indiqué qu’aucune clinique de soins ambulatoires en cancérologie hors milieu hospitalier n’était établie dans la province. Action Cancer Ontario fournit, par l’entremise de programmes régionaux en cancérologie, des services de soins contre le cancer dans les hôpitaux locaux16.

Île-du-Prince-Édouard

Les patients atteints de cancer qui vivent à l’Île-du-Prince-Édouard reçoivent leur traitement au Centre de traitement du cancer de l’Île-du-Prince-Édouard, centre qui fait partie de l’Hôpital Queen Elizabeth17.

Québec

Le répondant du Québec a indiqué qu’il n’y a aucune clinique de soins ambulatoires en cancérologie hors milieu hospitalier dans la province. Les services de soins en cancérologie sont assurés au Québec par un partenariat entre les hôpitaux et les centres de santé régionaux communautaires18.

On retrouve aussi deux centres de soins tertiaires en cancérologie dont les activités se déroulent dans d’autres hôpitaux ou sur les campus hospitaliers20.

Yukon

Au Yukon, les traitements contre le cancer sont offerts au Whitehorse General Hospital.21

Conclusions additionnelles

Les répondants à l’enquête et la recherche documentaire ont permis de relever certains enjeux et des informations supplémentaires concernant les centres de soins ambulatoires en cancérologie.

Critères guidant les interventions et les services de soins offerts dans les centres de soins ambulatoires en cancérologie

Les données recueillies auprès de l’Alberta et de la Saskatchewan lors de l’enquête ont permis de noter que la sécurité du patient est au cœur des préoccupations associées à la prestation de soins en contexte ambulatoire en cancérologie. En Alberta, les centres communautaires en cancérologie sont associés à des hôpitaux équipés de services d’urgence qui interviennent en cas de nécessité lorsqu’un patient présente une réaction grave à un traitement ou à un médicament utilisé en chimiothérapie. Les centres de soins ambulatoires en cancérologie doivent être en mesure d’offrir leurs services de soins de façon sécuritaire pour les patients.

Les enjeux liés aux compétences et à la qualification des professionnels de la santé et à la faisabilité d’implanter une clinique ont aussi été relevés par les répondants à l’enquête. Les professionnels en soins de santé, comme les infirmières et les pharmaciens, doivent être formés adéquatement en soins de cancérologie et recevoir une certification ou une formation continue. Par exemple, la CANO/ACIO — l’Association canadienne des infirmières en oncologie — établit les normes et les compétences auxquelles doivent répondre les infirmières lorsqu’elles donnent des soins en cancérologie, y compris les soins donnés en contexte ambulatoire22. Les facteurs considérés dans la faisabilité des centres de soins ambulatoires en cancérologie tiennent compte des collaborations professionnelles comme de la prestation de soins dans ce type de contexte.

Des normes provinciales peuvent aussi être établies concernant le niveau de soins requis pour offrir certains types de traitements; à la manière des normes mises en place par Cancer Care Nova Scotia qui établit les exigences en matière de personnel et d’équipement, afin d’offrir différents niveaux de soins.

Ces niveaux de soins varient de traitements qui peuvent être donnés à la maison à ceux qui nécessitent un milieu hospitalier spécialisé; les exigences pour l’équipement et le personnel diffèrent selon le niveau de soins23.

Saskatchewan

Selon le répondant de la Saskatchewan, il n’y a aucun service de soins ambulatoires en cancérologie hors milieu hospitalier dans la province. On retrouve 16 centres situés dans des hôpitaux régionaux dans le programme provincial Community Oncology Program of Saskatchewan19. Les centres de soins ambulatoires indépendants, hors milieu hospitalier, devraient prendre en considération ces normes au cours de leur implantation et lors de la prestation de soins.

Il a été relevé qu’en Alberta, tous les patients souffrant de cancer du cou ou de la tête, ou les patients participant à des essais cliniques devaient être vus dans les centres de soins tertiaires en cancérologie. Pour les patients souffrant de cancer de la tête ou du cou, la nécessité d’assurer un suivi étroit et le manque de spécialistes dans ce milieu clinique les empêchent d’être vus en dehors des centres de soins tertiaires en cancérologie. De plus, seuls certains agents chimiothérapeutiques en pédiatrie peuvent être administrés dans les centres communautaires de cancérologie.

En somme, les critères guidant les interventions et les services qui peuvent être offerts en centre de soins ambulatoires en cancérologie sont liés à la sécurité du patient. Ces services peuvent différer selon le type de cancer et certains autres facteurs spécifiques au patient. Les interventions et les services peuvent aussi dépendre de la capacité du personnel de ces centres ainsi que de la règlementation concernant les compétences requises chez les professionnels de la santé pour œuvrer dans des contextes de soins ambulatoires en cancérologie.

Les services d’oncologie et les interventions en soins ambulatoires

Les services suivants ont été relevés comme étant ceux offerts par les centres de cancérologie communautaires situés en milieu hospitalier :

  • transfusions de sang19
  • chimiothérapie9,19
  • services de soutien19
  • suivi diététique19
  • soins de suivi9
  • services d’orientation des patients
  • dépistage de la détresse
  • thérapie systémique
  • évaluation de la toxicité
  • soins des plaies

On ne peut affirmer avec assurance qu’il serait possible de fournir tous ces types de services dans les centres de soins ambulatoires hors milieu hospitalier. La sécurité des patients demeure la principale préoccupation, les centres indépendants des hôpitaux se devraient de réaliser des interventions à faible risque.

Enjeux associés à l’expérience et à implantation

Les défis suivants ont été relevés par un des répondants à l’enquête concernant l’implantation de centres communautaires de cancérologie en milieu hospitalier ou en centre de soins de santé, et ces défis pourraient aussi se montrer pertinents pour les centres de soins indépendants hors milieu hospitalier :

  • l’uniformité et l’implantation aisée des technologies de l’information; 
  • la distribution efficiente des médicaments au sein des provinces afin d’assurer qualité et délais adéquats;
  • l’utilisation appropriée des médicaments pour minimiser les pertes et les couts excessifs, tout particulièrement dans le cas des traitements onéreux, ce qui peut demander un certain volume de patients par médicament utilisé afin qu’il y ait efficience (p.ex. la nécessité que plus d’un patient utilise une fiole complète de médicament pour limiter le gaspillage);
  • l’entretien de l’équipement, les communications et la coordination des soins au patient entre les employés en place et les nouveaux employés;
  • les problèmes relatifs aux ressources humaines, comme l’embauche et la formation de personnel spécialisé, et l’approvisionnement adéquat du personnel dans le centre;
  • les défis d’infrastructure et de financement;
  • la sécurité du patient; par exemple, la surveillance des médicaments à risques élevés alors que le nombre d’employés est limité.

Du point de vue des patients, il y a d’autres carences dans la prestation de soins en cancérologie en consultation externe. Des rapports sur l’expérience des patients en contexte de consultation externe pour des soins en cancérologie en Ontario24 et en Colombie-Britannique25 ont relevé des carences concernant le soutien émotif et mental, alors que la plupart des patients ont affirmé avoir reçu les soins physiques et les suivis adéquats.

Aucun facteur de succès en particulier ni aucune leçon apprise n’ont été relevés. De façon générale, les centres externes de soins contre le cancer ont adéquatement répondu aux malaises physiques des patients et à leurs préférences pendant dans la prestation de soins24,25.

Limites

Les résultats de cette analyse de l’environnement ne prétendent pas représenter une analyse exhaustive du sujet, mais visent plutôt à présenter un survol de la situation actuelle des centres de soins ambulatoires indépendants en cancérologie au Canada. Les résultats de ce rapport sont fondés sur une recherche documentaire limitée et sur les réponses d’une enquête menée auprès d’un nombre limité de provinces et territoires. Des informations provenant des autres provinces et territoires ont été relevées par une recherche documentaire limitée et cette étude ne peut dès lors présenter un portrait complet de toutes les provinces et de tous les territoires canadiens.

Conclusion

Dernièrement, il y a eu un intérêt marqué de la communauté de pratique en oncologie envers les services de soins en cancérologie qui peuvent être offerts en dehors des grands centres de soins tertiaires en cancérologie. Aux fins de cette analyse de l’environnement, seuls les centres indépendants et hors des milieux hospitaliers ont été pris en compte. Cette analyse de l’environnement a révélé que la majorité des centres de soins ambulatoires en cancérologie au Canada sont situés en milieu hospitalier, et un seul centre indépendant des hôpitaux a été relevé.

Le Western Manitoba Cancer Centre est une installation indépendante, hors milieu hospitalier, qui administre des traitements de radiothérapie et de chimiothérapie aux patients. De plus, ce centre offre certains services spécialisés offerts par : les diététiciens, les pharmaciens, les travailleurs sociaux et les psychologues. Des services supplémentaires, comme le soin des plaies, le dépistage de la toxicité et les transfusions de sang, sont fournis en milieu hospitalier et on ne sait pas s’il serait possible de les offrir dans un centre indépendant de services ambulatoires en cancérologie hors milieu hospitalier.

De façon générale, la sécurité des patients demeure une préoccupation lors de la sélection des interventions en oncologie et des services à offrir dans un centre de soins ambulatoires en cancérologie. Actuellement, les centres de soins ambulatoires en cancérologie sont situés au sein des centres de soins tertiaires en cancérologie ou dans des hôpitaux qui offrent des services d’urgence, prêts à agir rapidement si un patient subit des effets indésirables associés à un traitement contre le cancer. Certaines préoccupations demeurent concernant la formation adéquate des professionnels de la santé, tant en soins oncologiques qu’en soins ambulatoires. De plus, il pourrait exister certaines restrictions à l’égard du type de patient qui pourrait être suivi en centre de soins ambulatoires en cancérologie.

Plusieurs défis ont été relevés concernant les services de soins en cancérologie dans les centres associés aux hôpitaux. Ces défis sont les suivants : les problèmes systémiques et logistiques, comme le financement et le personnel de tels centres; la sécurité des patients et l’efficience des interventions. Des défis semblables pourraient survenir dans les centres indépendants de soins ambulatoires en cancérologie hors milieu hospitalier.

En somme, malgré l’accroissement de l’intérêt envers les centres de soins ambulatoires en cancérologie indépendants des hôpitaux et hors milieu hospitalier, seulement un centre de ce genre a été repéré au Canada. Quelques provinces possèdent des centres communautaires de soins en cancérologie qui offrent une solution de rechange aux grands centres de soins tertiaires en cancérologie; cependant, ces centres sont situés au sein des hôpitaux ou des centres de santé. On ignore si les préoccupations et les défis de ces centres seraient aussi identifiés pour les centres indépendants de soins ambulatoires en cancérologie.

Références

  1. Canadian Cancer Society’s Advisory Committee on Cancer Statistics. Canadian cancer statistics 2015 [Internet]. Toronto: Canadian Cancer Society; 2015. [cité le 9 juill. 2015]. Accessible de : http://www.cancer.ca/~/media/cancer.ca/CW/cancer%20information/cancer%20101/Canadian%20cancer%20statistics/Canadian-Cancer-Statistics-2015-EN.pdf
  2. Brigden M, Lam W, Spadafora S, El-Maraghi R, Whitlock P, Champion P. Up- date on community oncology practice in Canada: a view from the trenches. Oncol Exchange [Internet]. 2015 Feb [cité le 9 juill. 2015];14(1):12-6. Accessible de: http://www.oncologyex.com/pdf/vol14_no1/feature_brigden-community-teleoncology-career.pdf
  3. Lee CT, Fitzgerald B, Downey S, Moore M. Models of care in outpatient cancer centers. Nurs Econ. 2012 Mar;30(2):108-16.
  4. Lobchuk M, Udod S. Oncology nurses’ perceptions of their relations with family members in an ambulatory cancer care setting: a mixed methods study. Can Oncol Nurs J [Internet]. 2011 [cité le 16 juin 2015];21(2):64-80. Accessible de : http://www.canadianoncologynursingjournal.com/index.php/conj/article/view/156/164
  5. Western Manitoba Cancer Centre. In: About us: tomorrow starts today: what we’ve done. Winnipeg (MB): CancerCare Manitoba; 2015 [cité le 1er sept. 2015]. Accessible de : http://www.cancercare.mb.ca/home/about_us/tomorrow_starts_today/wwhd/wmcc/.
  6. Health Sciences Centre [Internet]. Winnipeg: Health Sciences Centre; 2015. [cité le 2 sept. 2015]. Accessible de : http://www.hsc.mb.ca/about.html
  7. MacCharles Unit [Internet]. In: Patient & family: where are we located. Winnipeg: CancerCare Manitoba; 2015 [cité le 2 sept. 2015]. Accessible de : http://www.cancercare.mb.ca/index.cfm?pageID=351.
  8. Programs [Internet]. In: CancerCare Manitoba: about us. Winnipeg: Can- cerCare Manitoba; 2015 [cité le 2 sept. 2015]. Accessible de : http://www.cancercare.mb.ca/home/about_us/programs/.
  9. Cancer Care Manitoba [Internet]. Winnipeg (MB): Cancer Care Manitoba; c2015. Services for rural patients in Manitoba; 2015 [cité le 6 juill. 2015]. Accessible de :  http://www.cancercare.mb.ca/home/patients_and_family/treatment_services/treating_patients_in_rural_manitoba/
  10. Canadian Cancer Survivor Network [Internet]. Ottawa: Canadian Cancer Sur- vivor Network; c2015. Cancer centres: Cancer Care Manitoba; 2015 [cité le 9 juill. 2015]. Accessible de :  http://survivornet.ca/en/groups/cancer_centres/manitoba_1
  11. Canadian Cancer Survivor Network [Internet]. Ottawa: Canadian Cancer Survivor Network; c2015. Cancer centres: New Brunswick; 2015 [cité le 9 juill. 2015]. Accessible de : http://survivornet.ca/en/groups/cancer_centres/new_brunswick_1
  12. Canadian Cancer Survivor Network [Internet]. Ottawa: Canadian Cancer Survivor Network; c2015. Cancer centres: Newfoundland and Labrador; 2015 [cité le 13 juill. 2015]. Accessible de : http://survivornet.ca/en/groups/cancer_centres/newfoundland_and_labrador_1
  13. Canadian Cancer Survivor Network [Internet]. Ottawa: Canadian Cancer Survivor Network; c2015. Cancer centres: Northwest Territories; 2015 [cité le 9 juill. 2015]. Accessible de :  http://survivornet.ca/en/groups/cancer_centres/northwest_territories_1
  14. Canadian Cancer Survivor Network [Internet]. Ottawa: Canadian Cancer Survivor Network; c2015. Cancer centres: Cancer Care Nova Scotia; 2015 [cité le 9 juill. 2015]. Accessible de :  http://survivornet.ca/en/groups/cancer_centres/nova_scotia_1
  15. Canadian Cancer Survivor Network [Internet]. Ottawa: Canadian Cancer Survivor Network; c2015. Cancer centres: Nunavut; 2015 [cité le 9 juill. 2015]. Accessible de : http://survivornet.ca/en/groups/cancer_centres/nunavut_1
  16. Canadian Cancer Survivor Network [Internet]. Ottawa: Canadian Cancer Survivor Network; c2015. Cancer centres: Cancer Care Ontario; 2015 [cité le 9 juill. 2015]. Accessible de : http://survivornet.ca/en/groups/cancer_centres/ontario_1
  17. Canadian Cancer Survivor Network [Internet]. Ottawa: Canadian Cancer Survivor Network; c2015. Cancer centres: PEI Cancer Treatment Centre; 2015 [cité le 9 juill. 2015]. Accessible de : http://survivornet.ca/en/groups/cancer_centres/prince_edward_island_1
  18. Canadian Cancer Survivor Network [Internet]. Ottawa: Canadian Cancer Survivor Network; c2015. Cancer centres: Quebec; 2015 [cité le 9 juill. 2015]. Accessible de : http://survivornet.ca/en/groups/cancer_centres/quebec_1
  19. Saskatchewan Cancer Agency [Internet]. Regina (SK): Saskatchewan Cancer Agency; c2015. Community oncology program of Saskatch- ewan (COPS); 2015 [cité le 6 juill. 2015]. Accessible de : http://www.saskcancer.ca/Default.aspx
  20. Canadian Cancer Survivor Network [Internet]. Ottawa: Canadian Cancer Survivor Network; c2015. Cancer centres: Saskatchewan Cancer Agency; 2015 [cité le 9 juill. 2015]. Accessible de : http://survivornet.ca/en/groups/cancer_centres/saskatchewan_1
  21. Canadian Cancer Survivor Network [Internet]. Ottawa: Canadian Cancer Survivor Network; c2015. Cancer centres: Yukon; 2015 [cité le 9 juill. 2015]. Accessible de : http://survivornet.ca/en/groups/cancer_centres/yukon_1
  22. Canadian Association of Nurses in Oncology (CANO). Standards and com- petencies for cancer chemotherapy nursing practice [Internet]. Vancouver: CANO; 2011. (National strategy for chemotherapy administration). [cité le 15 juill. 2015]. Accessible de : https://www.cancercare.on.ca/common/pages/UserFile.aspx?fileId=156524
  23. Levels of care for cancer systemic therapy in Nova Scotia hospitals. Halifax (NS): Cancer Care Nova Scotia; 2012 Jun 4. [cité le 1er sept. 2015]. Accessible de : http://www.cancercare.ns.ca/site-cc/media/cancercare/LoC%20June2012.pdf
  24. Cancer Quality Council of Ontario [Internet]. Toronto: Cancer Quality Coun- cil of Ontario. Patient experience with outpatient cancer care; 2015 [cité le 15 juill. 2015]. Accessible de : http://www.csqi.on.ca/cms/one.aspx?portalId=327483&pageId=335359
  25. Black D, Mooney D, Peterson S. Patient experiences with outpatient cancer care in British Columbia, 2012/13 [Internet]. Vancouver: Centre for Health Services and Policy Research, University of British Columbia; 2014 Jan. [cité le 15 juill. 2015]. Accessible de : http://www.health.gov.bc.ca/library/publications/year/2014/patient-experiences-outpatient-cancer-care.pdf

Annexe 1 : Enquête sur les interventions de santé dans les centres de soins ambulatoires en cancérologie

Questions de l’enquête

  1. Dans votre province ou territoire, y a-t-il des cliniques ambulatoires (hors milieu hospitalier) qui offrent des services en oncologie aux patients externes? Cela comprend les soins palliatifs.

[   ] OUI         [   ] NON

SI VOUS AVEZ RÉPONDU « NON » À LA QUESTION 1, VOUS AVEZ TERMINÉ DE RÉPONDRE AUX QUESTIONS DE CETTE ENQUÊTE. MERCI DE SOUMETTRE VOTRE QUESTIONNAIRE DÈS MAINTENANT.

  1. Est-ce que ces centres de soins ambulatoires en cancérologie fonctionnent en partenariat avec d’autres organismes? Merci de préciser.

A. Critères utilisés pour les interventions et la prestation de soins ambulatoires en cancérologie

  1. Quels critères sont utilisés pour sélectionner les différentes interventions en oncologie et les différents services qui peuvent être offerts dans un centre situé hors du milieu hospitalier?

B. Services en oncologie et interventions dans les centres de soins ambulatoires

  1. Merci de dresser la liste des types d’interventions en santé réalisées dans les centres de soins ambulatoires en cancérologie hors milieu hospitalier dans votre province ou votre territoire. Ces soins doivent être liés à un état de santé du patient et être administrés par un professionnel de la santé diplômé.
  2. 5. Outre les interventions liées aux soins contre le cancer, y a-t-il d’autres types d’interventions qui sont réalisées pour soutenir les patients qui présenteraient des problèmes de santé imprévus?

[   ] OUI         [   ] NON

Si vous répondez par l’affirmative, merci de préciser.

C. Enjeux associés à l’expérience et à l’implantation

  1. Quel type de personnel doit être en poste dans un centre de soins ambulatoires en cancérologie afin d’assurer la qualité et la prestation des services de santé dans les délais adéquats?
  2. Pouvez-vous décrire certains obstacles que vous avez rencontrés (et les solutions apportées, le cas échéant) lors de la planification de la prestation de nouveaux services dans un contexte de soins ambulatoires? Il peut s’agir d’absence imprévue du personnel ou de besoins en matériel.
  3. Pouvez-vous décrire un facteur qui faciliterait l’implantation d’une installation de soins ambulatoires en cancérologie et la prestation de soins de qualité?
  4. D’après votre expérience, quel type d’information doit être partagée avec les principaux centres de soins en cancérologie ou avec les autres centres de soins de santé pour assurer le suivi approprié du patient?
  5. Hormis les services de santé, y a-t-il d’autres services jugés d’importance pour le bienêtre des patients atteints de cancer (p. ex. le transport, la garde d’enfants ponctuelle, les ressources psychosociales et spirituelles)?
  6. Pouvez-vous décrire un autre processus d’assurance qualité pour la prestation de soins ambulatoires en cancérologie dans votre contexte?

Annexe 2 : Information sur les répondants à l’enquête

Province Organisations représentées par les répondants à l’enquête
Alberta CancerControl Alberta — Alberta Health Services
Columbie-Britannique Agence du cancer de la Colombie-Britannique
Ontario Hôpital d’Ottawa
Québec Ministère de la Santé et des Services sociaux Québec
Saskatchewan Saskatchewan Cancer Agency

 

Auteure : Sarah Garland

L’ACMTS assume l’entière responsabilité de la forme finale et du contenu de cette analyse de l’environnement. Les énoncés et les conclusions dans ce document sont ceux de l’ACMTS.

La production de ce rapport a été rendue possible grâce à l’apport financier de Santé Canada et des gouvernements d’Alberta, de la Colombie-Britannique, du Manitoba, du Nouveau-Brunswick, de la Terre-Neuve-et-Labrador, des Territoires du Nord-Ouest, de la Nouvelle-Écosse, du Nunavut, de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Saskatchewan et du Yukon. L’ACMTS assume l’entière responsabilité de la forme finale et du contenu de ce rapport. Les opinions exprimées ici ne représentent pas forcément le point de vue de Santé Canada ou des gouvernements provinciaux ou territoriaux.

***************

Clause de non-responsabilité : Le Service d’analyse de l’environnement offre de l’information aux planificateurs et aux prestataires de services de santé au Canada. Les produits d’information du Service d’analyse de l’environnement sont issus d’une recherche documentaire restreinte, ce ne sont pas des études méthodiques exhaustives. L’objectif consiste à produire des synthèses d’information sur des sujets précis dans les délais impartis. L’information offerte par le Service d’analyse de l’environnement fait office de complément d’information à d’autres renseignements et considérations sur le sujet. Elle ne vient pas remplacer l’avis ou l’opinion en bonne et due forme d’un médecin et elle ne constitue pas une recommandation favorable ou défavorable sur une technologie de la santé en particulier. Le lecteur est prié de ne pas assimiler l’absence de données probantes rigoureuses à l’absence d’efficacité clinique de la technologie en question, particulièrement s’il s’agit d’une technologie nouvelle ou émergente au sujet de laquelle l’information est encore rare, mais qui pourrait se révéler néanmoins efficace. Bien que l’ACMTS ait tout mis en œuvre pour veiller à l’exactitude, à l’exhaustivité et à l’actualité du rapport, elle décline toute responsabilité à cet égard, comme elle ne saurait être tenue responsable des pertes ou des dommages découlant de l’usage de l’information contenue dans le présent rapport.

Droit d’auteur : L’information présentée ici est protégée par un droit d’auteur. Elle peut être reproduite à des fins non commerciales pourvu que l’ACMTS soit dument mentionnée.

Liens : Le présent rapport peut renfermer des liens à de l’information dans le site Web de tiers sur Internet.

Citer comme suit : Health interventions in ambulatory cancer care centres. Ottawa : ACMTS; 2015. (Analyse de l’environnement; numéro 51).