Begin main content

La dialyse dans la prise en charge de l'insuffisance rénale terminale chez les Autochtones : efficacité clinique

Dernière mise à jour : 6 décembre 2016
Numéro de projet : RD0033-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Appareils et systèmes
Type de rapport : Synthèse accompagnée d’une évaluation critique, examinée par des pairs
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique de l’hémodialyse en établissement de santé, de l’hémodialyse autonome en établissement de santé, de l’hémodialyse à domicile et de la dialyse péritonéale à domicile dans le traitement de l’insuffisance rénale terminale chez les Autochtones du Canada?

Messages clés

Dans les études retenues, les Autochtones sont en général plus jeunes et ont plus d’affections concomitantes, en particulier le diabète, que les autres participants non autochtones, et les femmes autochtones sont proportionnellement plus nombreuses que les autres femmes. Bien que le taux de mortalité, ajusté selon l’âge et la comorbidité, tende à être plus élevé chez les Autochtones que chez les Blancs dans les cinq études qui examinent ce paramètre, seule l’une d’elles, portant sur des patients soumis à la dialyse péritonéale, constate que la différence de taux est statistiquement significative.Les patients autochtones sont moins susceptibles de commencer par la dialyse péritonéale. Par comparaison avec les patients blancs qui optent pour cette modalité, les Autochtones qui font de même sont plus nombreux à être incapables de maitriser la technique et à devoir passer à l’hémodialyse et à être aux prises avec une péritonite, laquelle survient également plus rapidement que chez les patients blancs. Les Autochtones sont également moins susceptibles de subir une greffe de rein. Pour le suivi de la dialyse, les services de télésanté offerts aux Autochtones en région éloignée s’avèrent efficaces et n’ont pas d’incidence défavorable sur la mortalité, la qualité des soins ou l’utilisation de ressources en soins de santé.Il importe que la recherche se penche maintenant sur les questions du dépistage et de la prévention de l’insuffisance rénale terminale, d’initiatives éducatives dans ce domaine, de stratégies de traitement adaptées à la culture et des motifs à l’origine du taux plus élevé d’échec technique en dialyse péritonéale et de l’usage moins courant de cette modalité de dialyse chez les Autochtones. Des études devraient en outre examiner les raisons du taux moindre de transplantation rénale dans cette population de patients.