Begin main content

La prise en charge du sevrage et de la désintoxication en phase aigüe de l'adulte qui fait mésusage de méthamphétamine : données probantes cliniques et lignes directrices

Dernière mise à jour : 8 février 2019
Numéro de projet : RC1067-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Appareils et systèmes
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Que disent les données probantes cliniques au sujet des méthodes de désintoxication ou de sevrage en phase aigüe chez l’adulte qui fait mésusage de méthamphétamine?
  2. Que disent les lignes directrices fondées sur des données probantes au sujet de la prise en charge de la désintoxication ou du sevrage en phase aigüe chez l’adulte qui fait mésusage de méthamphétamine?

Messages clés

Des données probantes de bonne qualité provenant d’une revue systématique indiquent que l’aripiprazole, l’halopéridol et la quétiapine peuvent être efficaces dans la prise en charge de la psychose toxique amphétaminique. Au service des urgences, le lorazépam et le dropéridol intraveineux peuvent être efficaces dans la maitrise de l’agitation associée à l’intoxication amphétaminique aigüe et l’isradipine serait efficace dans le traitement de l’hypertension attribuable à la méthamphétamine. Selon les résultats de deux essais cliniques comparatifs randomisés, le pexacerfont et la buprénorphine sont efficaces dans la maitrise de l’envie impérieuse au cours du sevrage de la méthamphétamine. Un ensemble de lignes directrices fondées sur des données probantes recommande les benzodiazépines dans le traitement de première intention de l’agitation grave, de l’agressivité ou de la psychose découlant de l’intoxication amphétaminique.