L’ACMTS tient à appuyer les décideurs du secteur de la santé canadiens durant cette période difficile et incertaine.
Pour trouver des outils, ressources et données probantes touchant la COVID-19, consultez notre portail sur la COVID-19.

 

Begin main content

Le cathéter central à insertion périphérique mis en place chez l'enfant par un radiologue à l'aide de la fluoroscopie

Dernière mise à jour : 22 février 2021
Numéro de projet : RC1330-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Interventions non chirurgicales
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique comparative chez l’enfant de la mise en place d’un cathéter central à insertion périphérique (CCIP) par un radiologue dans une salle de radiologie interventionnelle et de la mise en place d’un CIPP par le personnel infirmier au chevet du patient?
  2. Que disent les lignes directrices fondées sur des données probantes au sujet de l’approche optimale à la mise en place d’un CCIP chez l’enfant?

Messages clés

D’après des données probantes tirées de deux études cliniques, il n’y a pas de différence entre la mise en place d’un cathéter central à insertion périphérique (CCIP) au chevet du patient et la mise en place dans une salle de radiologie interventionnelle pour ce qui est du taux d’infection et des complications. Cependant, les deux études portaient sur de petits sous-groupes d’une population pédiatrique et comportaient d’autres limites méthodologiques. Par ailleurs, une étude clinique réalisée dans une unité de soins intensifs pédiatriques quaternaires non cardiaques laisse entendre que le délai entre la demande d’un CIPP et la mise en place du CCIP serait plus long lorsque la pose a lieu dans la salle de radiologie interventionnelle que lorsqu’elle a lieu au chevet du patient. Nous avons repéré deux ensembles de lignes directrices recommandant le guidage par échographie pour la mise en place de dispositifs d’accès veineux central, notamment de CCIP : un visant les enfants en général et l’autre, les enfants patients en oncohématologie. Les deux comportent toutefois plusieurs limites sur le plan de la qualité.