L’ACMTS tient à appuyer les décideurs du secteur de la santé canadiens durant cette période difficile et incertaine.
Pour trouver des outils, ressources et données probantes touchant la COVID-19, consultez notre portail sur la COVID-19.

 

Begin main content

Le dropéridol en cas d'agitation en milieu de soins actifs : efficacité clinique

Dernière mise à jour : 15 janvier 2021
Numéro de projet : RC1331-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Médicaments
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique du dropéridol dans la prise en charge de la violence et de l’agressivité en milieu de soins actifs?
  2. Que disent les lignes directrices fondées sur des données probantes au sujet de l’utilisation du dropéridol en milieu de soins actifs?

Messages clés

Il existe des données probantes comparatives indiquant que le dropéridol est aussi efficace que l’halopéridol et l’olanzapine dans la sédation des adultes exhibant de l’agressivité, de l’anxiété ou un comportement violent non contrôlés en milieu de soins actifs. Une quantité limitée de données probantes laisse entendre que le dropéridol serait supérieur à la ziprasidone et au lorazépam employés seuls. Il n’y a pas de différence statistiquement significative entre le dropéridol et l’halopéridol ou l’olanzapine pour ce qui est de la fréquence ou de la gravité des évènements indésirables chez l’adulte. Un ensemble de lignes directrices publié en 2015 appuie l’innocuité et l’efficacité du dropéridol dans le traitement de l’agitation en s’appuyant sur des données probantes de grande qualité. Trois ensembles de lignes directrices font état de données probantes insuffisantes pour justifier la surveillance par électrocardiogramme ou par télémétrie des patients ayant reçu moins de 2,5 mg de dropéridol.