L’ACMTS tient à appuyer les décideurs du secteur de la santé canadiens durant cette période difficile et incertaine.
Pour trouver des outils, ressources et données probantes touchant la COVID-19, consultez notre portail sur la COVID-19.

 

Begin main content

Le rituximab dans le traitement du trouble du spectre de la neuromyélite optique

Dernière mise à jour : 9 février 2021
Numéro de projet : RD0058-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Médicaments
Type de rapport : Synthèse accompagnée d’une évaluation critique, examinée par des pairs
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l'efficacité clinique du rituximab dans le traitement du trouble du spectre de la neuromyélite optique (TSNO)?
  2. Quel est le rapport cout/efficacité du rituximab dans le traitement du TSNO?
  3. Que disent les lignes directrices fondées sur des données probantes au sujet du recours à la pharmacothérapie dans le traitement du TSNO?

Messages clés

Nous avons repéré quatre revues systématiques, un essai clinique randomisé (ECR), une évaluation économique et deux lignes directrices fondées sur des données probantes. Quatre revues systématiques (deux d'entre elles comportent des données probantes de qualité modérée à élevée; dans les deux autres, la qualité des données probantes n'est pas indiquée) et un ECR (dont les données probantes sont de qualité élevée) portent sur l'efficacité clinique du rituximab (RTX) dans le traitement du trouble du spectre de la neuromyélite optique (TSNO). En général, il appert que le traitement par le RTX réduit les taux de rechutes et le degré d'incapacité, comparativement au prétraitement ou au placébo. Pour ce qui est de la réduction des taux de rechutes et du degré d'incapacité, le RTX s'est révélé supérieur ou équivalent à l'azathioprine (AZA). Pour ce qui est des taux de rechutes, des degrés d'incapacité et des manifestations indésirables, des métaanalyses en réseau montrent qu'aucun traitement ne se distingue des autres dans les comparaisons entre le RTX, le mofétilmycophénolate (MMP) et le cyclophosphamide. Une évaluation économique de qualité modérée révèle que, chez les patients atteints de TSNO, dans le contexte du système de soins de santé thaïlandais, un biosimilaire du RTX combiné au suivi des lymphocytes B mémoire exprimant le CD27 présente la plus forte probabilité d'être rentable (48 %), suivi de l'AZA (30 %), du MMP (13 %), du RTX combiné au suivi des lymphocytes B mémoire exprimant le CD27 (9 %), du biosimilaire du RTX (0 %) et du RTX seul (0 %), au seuil de disposition à payer de 160 000 THB (en bahts de Thaïlande, ce qui équivaut à 5 289 USD de 2019) par année de vie ajustée en fonction de la qualité (AVAQ) gagnée. Les deux lignes directrices recommandent des immunosuppresseurs (RTX, AZA et MMP) dans la prévention des crises de TSNO. De plus, un ensemble de lignes directrices indique que le tocilizumab, l'éculizumab, l'inébilizumab et le satralizumab peuvent être utilisés dans le traitement du TSNO chez les patients qui ne répondent pas aux autres immunosuppresseurs. La qualité des données probantes qui éclairent les lignes directrices et la force des recommandations ne sont pas indiquées. Les résultats doivent être interprétés avec prudence, compte tenu de la quantité limitée de données probantes au sujet de l'efficacité et de l'innocuité comparatives des divers immunosuppresseurs, des nombreuses études originales qui sont des études rétrospectives, de l'hétérogénéité des études comprises dans les revues systématiques et compte tenu du manque de clarté quant à la force des recommandations.