Les programmes de surveillance de médicaments d'ordonnance : examen qualitatif rapide


( Dernière mise à jour : avril 30, 2019)
Gamme de produits:
Examen d’une technologie de la santé
Project Sub Line:
Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Numéro de projet :
RC1097-000

Détails


Question

  1. Quel est le mode d’utilisation des programmes de surveillance de médicaments d’ordonnance par les professionnels de la santé (prescripteurs et pharmaciens)?
  2. Quels sont leurs points de vue et préférences au sujet des programmes de surveillance de médicaments d’ordonnance, notamment en ce qui a trait à la structure et aux aspects administratifs des programmes?

Messages clés

Les professionnels de la santé estiment que les programmes de surveillance de médicaments d’ordonnance (PSMO) sont utiles dans leur pratique dans la plupart des cas, mais pas de manière systématique. Le recours à un PSMO est soit subjectif à la suite de l’interaction préoccupante avec un patient à propos d’un médicament contrôlé, soit systématique lorsqu’il est obligatoire en vertu d’un règlement. L’utilisation du PSMO semble varier selon les idées préconçues du professionnel de la santé, les circonstances institutionnelles et le jugement professionnel en ce qui a trait à ceux qui ont vraiment besoin du traitement et ceux qui vont d’un médecin à un autre (nomadisme médical). L’utilisation du PSMO permet de déterminer les obstacles qu’affrontent les professionnels de la santé et les éléments facilitateurs les plus pertinents pour eux. L’utilisation est axée sur trois principales fonctions du programme : la fonction d’information, la fonction de sécurité du patient et la fonction d’adhésion au traitement. Alors que de nombreux avantages du PSMO sont soulignés, des défis sont également soulevés. Notamment, la réaction négative appréhendée du patient qui apprend que les professionnels ont consulté l’information provenant du programme; trouver le temps et l’espace approprié à la pharmacie ou au cabinet médical affairé pour discuter avec les patients; les problèmes d’accès au système relevant du manque de temps ou de l’interface (p. ex., perte du mot de passe, repérage du site Web, saisie des données sur le patient, l’authentification en personne); les mises à jour en temps opportun du système de surveillance qui peuvent donner lieu à de l’information incomplète ou inexacte. Pour accroitre l’adoption et l’utilisation soutenue d’un PSMO, l’on suggère d’améliorer l’intégration du PSMO aux tâches cliniques, l’intégration du PSMO aux systèmes de dossiers de santé électroniques en place ou la conception d’un système relié à l’échelle du pays. Quant aux éléments de la structure, les professionnels proposent une mise à jour en temps réel de l’information sur les ordonnances, un affichage plus convivial qui offre l’information la plus utile à la prise de décision au sujet de la prescription, un processus d’ouverture de session simplifié et l’inscription automatique. La formation est jugée importante également et elle devrait englober un encadrement de l’interprétation de l’information, des stratégies pour incorporer le PSMO dans les tâches cliniques et la façon d’aborder les patients pour engager la conversation à propos de l’information issue du PSMO.