L’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique en santé mentale : analyse de l’environnement


( Dernière mise à jour : juin 14, 2021)
Gamme de produits:
Examen d’une technologie de la santé
Numéro de projet :
ES0343-000

Détails


Question


  1. Quels sont les types d’intelligence artificielle ou d’apprentissage automatique et quelles sont les tendances actuelles ou en émergence quant à l’utilisation de ces outils dans la prévention, le diagnostic ou le traitement des problèmes de santé mentale ou des troubles psychologiques?

  2. Comment l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique sont-ils utilisés dans la prestation de services de santé mentale?

  3. Quels sont les groupes professionnels et organisations participant à l’élaboration ou à l’utilisation d’outils d’intelligence artificielle ou d’apprentissage automatique en contexte de santé mentale?


Messages clés


  • Il y a eu une hausse des investissements, du financement et de l’intérêt en ce qui concerne l’utilisation de l’intelligence artificielle (AI) dans le domaine de la santé mentale, surtout ces cinq dernières années. Parmi les types d’IA utilisés en contexte de santé mentale, mentionnons les réseaux de neurones artificiels, les séparateurs à vaste marge, la régression logistique, l’analyse discriminante linéaire et les forêts d’arbres décisionnels.

  • À l’heure actuelle, on utilise peu l’IA en santé mentale en milieu clinique. Des consultations révèlent que la majorité des applications d’IA en sont toujours au stade de la recherche et développement et n’ont pas été déployées dans la pratique clinique ou auprès des patients. Parmi les applications de l’IA en santé mentale, notons les agents conversationnels, le testing adaptatif informatisé, le diagnostic des troubles psychologiques, la prédiction comportementale et la prédiction des issues pronostiques du traitement.

  • Les principales personnes qui utilisent ou explorent l’IA sont des chercheurs des domaines de la psychologie et de l’informatique. Il y a peu d’applications sur le marché, mais certaines, comme les robots de messagerie, sont accessibles au grand public dans les magasins d’application comme l’App Store et Google Play.

  • Les quatre principaux domaines de recherche et développement sur l’IA en santé mentale sont le diagnostic, le pronostic, la santé publique et l’administration clinique; la plupart des études recensées portent sur le diagnostic.

  • Les initiatives de recherche et développement portant sur le diagnostic assisté par l’IA en santé mentale portent sur le recours à des biomarqueurs, à la neuroimagerie, à la génétique et aux données de métabolomique et de protéomique dans le but de diagnostiquer ou de détecter les troubles psychologiques, ainsi que sur de nouvelles méthodes de collecte de donnée, par exemple à l’aide de téléphones intelligents ou de capteurs portables couplés à des applications d’IA. En ce qui concerne l’utilisation de l’IA dans le traitement, les initiatives de recherche visent à améliorer les robots de messagerie existants, à créer de nouveaux robots et à déterminer si certaines caractéristiques permettent de prédire la réponse d’une personne à différents traitements. Enfin, les initiatives en matière de pronostic cherchent à prédire l’évolution de l’état de santé mentale et les couts éventuels de la maladie.

  • Parmi les tendances dans le développement de l’IA en santé mentale, on compte les robots de messagerie dans le traitement de santé mentale, la création de modèles plus faciles à expliquer et une augmentation des dispositifs portables et des capteurs couplés à un téléphone intelligent pour la collecte de données.

  • Lorsqu’on regarde l’utilisation de l’IA à différentes étapes de la vie, on recense des algorithmes d’IA utilisés chez les enfants et les jeunes, notamment le service de texto de crise de Jeunesse, J’écoute, l’application de contrôle parental par IA de Bark et les algorithmes d’IA pour le diagnostic des troubles intériorisés et du trouble bipolaire. On note également des applications pour les personnes âgées : il existe plusieurs applications d’IA visant à combattre la solitude, comme des robots compagnons, et quelques-unes visant à diagnostiquer la dépression chez les ainés.

  • Pour ce qui est des initiatives de politiques et programmes d’IA en santé mentale, mentionnons la mise en application de la recherche de laboratoire dans la pratique clinique. Cet exercice nécessite une planification minutieuse afin de veiller au respect de normes éthiques, à la tenue d’évaluations pour déterminer si l’IA est adaptée à chaque aspect du diagnostic et du traitement ainsi qu’à la création d’algorithmes généralisables et adaptés à différents contextes culturels.



Cette analyse de l’environnement a été commandée par la Commission de la santé mentale du Canada et vise à évaluer le rôle de l’IA dans les services en santé mentale. Ce rapport accompagne un examen rapide sur l’efficacité clinique et les lignes directrices pour l’IA en santé mentale [L’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique en santé mentale : revue de la littérature. Ottawa : Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS), Commission de la santé mentale du Canada (CSMC); juin 2021.]