L’ACMTS tient à appuyer les décideurs du secteur de la santé canadiens durant cette période difficile et incertaine.
Pour trouver des outils, ressources et données probantes touchant la COVID-19, consultez notre portail sur la COVID-19.

 

Begin main content

L'usage de masques chirurgicaux dans la salle d'opération : examen de l'efficacité et des lignes directrices cliniques

Dernière mise à jour : 19 novembre 2013
Numéro de projet : RC0503-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Appareils et systèmes
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Rapport en Bref

Contexte
Les infections au site chirurgical — des infections qui surviennent au niveau d’une plaie en raison d’une intervention chirurgicale effractive — représentent une part importante des infections liées aux soins médicaux. Bien que plusieurs infections au site chirurgical n’occasionnent pas d’autres complications, on les associe parfois à une morbidité considérable; plus du tiers des décès postopératoires leur seraient en partie attribuable.

Technologie
Dans la salle d’opération, on met en place des procédures et des pratiques pour diminuer la probabilité que des matières infectieuses se transmettent entre le personnel médical et le patient. Le masque chirurgical crée une barrière physique entre les bactéries de l’oropharynx ou du nasopharynx et la plaie ouverte du patient.

Sujet
Le port d’un masque chirurgical dans la salle d’opération fait partie des pratiques historiques, mais sa capacité réelle à diminuer la fréquence des infections au site chirurgical est controversée. Par ailleurs, bien que les masques chirurgicaux jetables puissent mettre le personnel médical à l’abri des éclaboussures de fluides corporels infectieux en provenance du patient, ils ne sont pas conçus pour protéger la personne contre les particules infectieuses aériennes. Un examen de l’efficacité clinique et des lignes directrices fondées sur des données probantes portant sur l’emploi des masques dans la salle d’opération viendra éclairer les décisions relatives aux mesures destinées à réduire la fréquence des infections au site chirurgical et chez le personnel médical.

Méthodes
On a procédé à une recherche documentaire limitée à partir des ressources clés et examiné les titres et résumés des publications repérées. On a ensuite évalué le texte intégral des publications en vue de procéder au choix final des articles selon des critères de sélection déterminés au préalable (population, intervention, comparateur, résultats et plan des études).

Résultats
La recherche documentaire a permis de repérer 124 références, auxquelles s’ajoutent 4 autres articles recensés d’autres sources. Après dépouillement des résumés, 34 articles ont été jugés potentiellement pertinents et 3 d’entre eux ont satisfait aux critères d’inclusion du présent examen, soit 2 examens méthodiques et 1 ligne directrice.

Messages clés

  • On n’a repéré aucun élément étayant l’usage de masques chirurgicaux pour diminuer la fréquence des infections au site chirurgical.
  • On n’a repéré aucune donnée probante sur l’efficacité du port du masque chirurgical dans la protection du personnel contre les matières infectieuses dans la salle d’opération.
  • Les lignes directrices recommandent l’usage du masque chirurgical par le personnel en salle d’opération pour protéger à la fois le personnel médical et le patient (en dépit d’une absence de preuves).

Question

  1. Quelles sont les données probantes cliniques relatives à l'efficacité du port de masques chirurgicaux dans la salle d'opération en vue de freiner la transmission de bactéries du personnel aux patients?
  2. Quelles sont les données probantes cliniques relatives à l'efficacité du port de masques chirurgicaux dans la salle d'opération en vue de freiner la transmission de bactéries du personnel aux patients?
  3. Quelles sont les lignes directrices de pratique clinique traitant du port de masques chirurgicaux dans la salle d'opération?

Messages clés

On présume que l'usage de masques chirurgicaux par le personnel médical présent dans la salle d'opération diminue la fréquence des infections au site chirurgical. Les données probantes repérées et mentionnées dans le présent rapport ne parviennent pas à étayer ce postulat. Les examens méthodiques retenus dans ce rapport s'entendent pour dire qu'il manque de données à ce sujet, et que la preuve actuelle est trop faible pour changer la pratique clinique. Les lignes directrices retenues dans le présent rapport s'accordent également sur le fait que la pratique historique du port de masques chirurgicaux dans la salle d'opération devrait se poursuivre en dépit du manque de données probantes sur l'efficacité clinique.