Begin main content

La tomosynthèse (mammographie tridimensionnelle) aux fins de dépistage du cancer du sein

Dernière mise à jour : 13 mai 2015
Numéro de projet : EH0026
Issue: 135
Type de résultat : Rapports

Sommaire

  • La tomosynthèse mammaire numérique (TMN) est une nouvelle technologie d'imagerie du sein qui génère des images tridimensionnelles de la glande mammaire.
  • La TMN peut être utilisée à des fins de dépistage ou de diagnostic.
  • Sept vastes études récentes sur le dépistage, portant chacune sur plus de 10 000 femmes, démontrent que la TMN peut réduire le nombre de rappels pour des examens complémentaires comparativement au dépistage actuel par la mammographie bidimensionnelle (M2D). Trois de ces études indiquent que la TMN améliore la détection des cancers.
  • Une analyse d'impact budgétaire constate que, dans le dépistage, la TMN est économique comparativement à la M2D en raison de la détection précoce, ce qui réduit le nombre de rappels et diminue le cout du traitement des cancers.
  • Dans la mise en œuvre, les enjeux ont trait au cout considérable d'acquisition de la technologie, à la formation des radiologistes et des technologues, au temps accru d'interprétation des images et à l'espace de stockage des données.

La technologie

La mammographie bidimensionnelle (M2D) usuelle capte deux vues statiques du sein. Avec la technologie 2D, la superposition de différentes structures tissulaires cause une obstruction qui diminue l'exactitude de l'interprétation. Dans la tomosynthèse mammaire numérique (TMN), le tube à rayons X effectue un arc de cercle de 15 à 50 degrés (selon l'appareil) au-dessus du sein et le capteur électronique saisit de 9 à 25 images radiographiques1-6. Ces images sont captées en général selon deux vues : craniocaudale (dans l'axe de la tête aux pieds) et médiolatérale oblique (vue latérale angulée)2,3,5. À l'aide d'algorithmes, l'ordinateur transforme les données en couches successives de faible épaisseur (analyse tomographique) du sein, soit de 0,5 mm à 1 mm. Ces couches produisent une image tridimensionnelle (3D) illustrant les structures tissulaires du sein.

L'objectif de la TMN consiste à augmenter la détection des cancers du sein comparativement à la M2D en :

  • diminuant la superposition tissulaire découlant de la projection de rayons X au travers de diverses structures tissulaires du sein;
  • réduisant l'aspect suspect de tissus normaux;
  • facilitant la caractérisation des lésions et ainsi leur distinction6.

Stade de la règlementation

Santé Canada homologue les systèmes de mammographie au titre d'instruments médicaux de classe III. Au Canada et aux États-Unis, la TMN de dépistage doit comprendre des ensembles d'images 2D et d'images 3D (2D plus 3D)10,11 (entretien personnel avec un représentant de Santé Canada à Ottawa en Ontario le 28 février 2015); toutefois, cela n'est pas le cas en Europe2.

En 2009, Santé Canada a homologué le système Selenia Dimensions 2D/3D Mammography System (licence no 79158, Hologic inc., Danbury au Connecticut)7, commercialisé au Canada par Christie Innomed8,9. En février 2011, la Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis a autorisé la mise en marché de Selenia Dimensions à des fins de dépistage et de diagnostic du cancer du sein.

Santé Canada a homologué SenoClaire Breast Tomosynthesis System de GE Healthcare (Buc en France) en mai 2014 (licence no 93289)7 et les États-Unis en ont autorisé l'utilisation en aout 201413.

En avril 2015, la FDA a autorisé True 3D Breast Tomosynthesis en tant qu'alternative au système de mammographie numérique MAMMOMAT Inspiration de Siemens Healthcare (Erlangen en Allemagne)12.

L'Union européenne a délivré le marquage CE (conformité européenne) à Selenia Dimensions et à SenoClaire respectivement en 200 814 et en 201 315.

D'autres systèmes de TMN font l'objet d'une demande d'autorisation règlementaire, dont Giotto Tomo (IMS, Bologne en Italie) (d'usage autorisé en Union européenne)16 et AMULET Innovality (Fujifilm Europe, Düsseldorf en Allemagne)17.

Groupe cible

Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent au Canada, après le cancer de la peau autre que le mélanome, et la deuxième cause de mortalité féminine par cancer. Les estimations veulent qu'en 2014, 24 400 cas de cancer du sein soient diagnostiqués, ce qui représente 26 % de tous les nouveaux cas de cancer féminin, et que 5 000 femmes en meurent (14 % des décès féminins par cancer)18. Les défis que pose le cancer du sein ne tiennent pas seulement à son incidence, mais également à l'absence de stratégies de prévention éprouvées — la détection et le traitement au stade précoce demeurent les piliers de la démarche actuelle19.

Beaucoup attribuent la baisse notable du nombre de décès dus au cancer du sein à la mammographie de dépistage20. La Fondation canadienne du cancer du sein affirme que la mammographie a contribué à la réduction de plus de 35 % des décès par cancer du sein dans les 30 dernières années21. Toutefois, les avis sont partagés quant aux avantages du dépistage, à ses effets néfastes, à ses lacunes et à ses indications2,22-24.

Le Groupe d'étude canadien sur les soins de santé préventifs recommande la mammographie de dépistage tous les deux ou trois ans chez les femmes âgées de 50 à 74 ans présentant un risque moyen, mais pas de dépistage systématique chez les femmes âgées de 40 à 49 ans25. De son côté, le Groupe de travail sur les services de santé préventifs aux États-Unis recommande le dépistage tous les deux ans chez les femmes à risque moyen âgées de 50 à 74 ans et la prise de décisions individualisée en fonction du contexte et des valeurs de la patiente pour ce qui est du dépistage chez les femmes de moins de 50 ans26.

Pratique courante

La M2D représente le principal outil de dépistage du cancer du sein, mais sa sensibilité de 75 % à 80 % n'est pas optimale4,27. Autrement dit, la mammographie ne détectera le cancer que chez 75 à 80 femmes de 100 qui en sont atteintes. Lorsque les seins sont denses, la sensibilité baisse à 50 % 27 parce que les lésions, dissimulées dans le tissu mammaire, passent inaperçues, de sorte que l'examen de dépistage ne détecte pas un certain nombre de cancers4,28. Le résultat faux positif occasionne un rappel dans une proportion de 12 % à 16 % des femmes à la première mammographie de dépistage et de 4 % à 6 % des femmes aux examens de dépistage subséquents29. Ces femmes seront soumises à une dose de rayonnement plus grande et à des biopsies6. Dernièrement, un certain nombre de questions à propos de la mammographie ont été soulevées, notamment le taux de faux positifs (dû au fait, entre autres, que le tissu mammaire normal, s'il est superposé, peut apparaitre anormal à l'imagerie 2D), les rappels en cas de faux positif et les biopsies inutiles après dépistage, plus précisément celles qui se révèlent négatives pour ce qui est du cancer28,30,31.

Le suivi de la mammographie de dépistage, le cas échéant, peut emprunter diverses voies. Les plus courantes sont la mammographie diagnostique et l'échographie. Ce dernier examen permet de préciser la nature liquide (kyste) ou solide du nodule palpé ou découvert à la mammographie et peut augmenter l'exactitude dans la détection du cancer dans une mesure de 50 % s'il est jumelé à la mammographie, particulièrement chez les femmes à haut risque et les femmes aux seins denses6. Cependant, les faux négatifs et les faux positifs sont possibles, qui s'avèrent bénins dans 70 % à 90 % des cas6. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est plus sensible que la M2D, mais elle a ses limites. Ainsi, sa valeur prédictive positive et sa spécificité sont faibles, elle peut surestimer le diamètre tumoral, son cout est élevé, et elle est impensable pour certains, notamment les porteurs d'un implant métallique et les claustrophobes6,27.

À la fin de 2013, l'Association canadienne des radiologistes a publié des lignes directrices de pratique sur l'imagerie du sein et l'intervention32,qui décrivent la TMN et énumèrent ses applications et ses limites. La TMN était alors en mise à l'épreuve et à ses débuts en pratique clinique; les lignes directrices de l'Association notent que la place de la TMN dans le dépistage populationnel, dans le dépistage sélectif et dans le diagnostic est encore incertaine.

Méthode

Stratégie de recherche documentaire

La recherche documentaire selon une stratégie revue par des pairs s'étend aux bases de données bibliographiques que voici : MEDLINE, PubMed, Embase et The Cochrane Library (2015, numéro 1). Pour recenser la littérature grise, les auteurs de la recherche ont consulté les sections pertinentes de Matière Grise. Aucun filtre n'a été appliqué. La recherche se limite aux documents de langue anglaise publiés dans la période allant du 1er janvier 2012 au 21 janvier 2015. Les auteurs ont établi un mécanisme de mise à jour périodique pour actualiser la recherche jusqu'au 1er avril 2015. Ils ont exclu les résumés de conférences.

Les preuves

Nous avons repéré un bon nombre d'études portant sur la TMN dans le dépistage du cancer du sein. Nous avons retenu les sept plus vastes (comptant chacune plus de 10 000 participantes)28,31,33-38 afin de les examiner en détail (voir le tableau 1). Toutes les études portent sur des programmes établis de dépistage du cancer du sein ayant recours à la technologie d'imagerie 3D Selenia Dimensions d'Hologic; six28,31,33-35,38 se déroulent aux États-Unis et l'autre36 en Norvège. L'étude norvégienne est prospective, les femmes sont soumises aux deux modes d'imagerie et sont leur propre témoin, alors que les études américaines sont rétrospectives, quatre sont de type avant-après que la nouvelle technologie soit installée33-35,38 et les deux autres soumettent les groupes de femmes aux ancienne et nouvelle technologies à différents établissements dans la même période28,31. L'étude norvégienne prévoit la double lecture avec arbitrage en cas de divergence : l'interprétation d'une même image par deux radiologistes en toute indépendance l'un de l'autre et leur accord mutuel sur la nécessité d'un rappel avant de l'effectuer36. La taille de l'échantillon va de 13 000 à 450 000 femmes selon l'étude. Des six études faisant état des sources de soutien à la recherche et de conflits d'intérêts, trois mentionnent des liens avec Hologic35,36,38. L'annexe A présente des renseignements supplémentaires sur les études retenues.

Ensemble, les sept études examinent le taux de rappels et des paramètres de la détection du cancer dans un groupe de plus de 600 000 femmes résidant principalement aux États-Unis. Chacune des six études américaines constate une diminution statistiquement significative du taux de rappels pour des examens complémentaires, allant de 15 % à 37 %, tandis que l'étude norvégienne n'arrive pas à ce constat, vraisemblablement en raison de sa méthodologie, soit la double lecture des images et l'arbitrage en cas de divergence, qui se traduit par la possibilité plus grande qu'un résultat motive une décision de rappel.

Les différences entre la technologie 2D et le couple 2D et 3D sur le plan du taux de détection de cancers sont statistiquement significatives dans trois des sept études seulement : l'étude prospective norvégienne36 et deux études américaines rétrospectives de type avant-après28,35. Les quatre autres études ne constatent pas de différence significative sous l'angle du taux de détection de cancers par 1 000 femmes soumises au dépistage31,33,34,38, quoique l'une38 des études américaines cerne une tendance favorable dans la détection du cancer invasif, soit un taux de 2,8 par 1 000 femmes pour la M2D comparativement au taux de 4,3 par 1 000 pour le couple 2D et 3D (P = 0,07). En outre, du lot des trois études qui examinent le taux de biopsies après le dépistage (voir l'annexe A)33,35,38, une seule en arrive à un résultat statistiquement significatif, soit respectivement de 18,1 par 1 000 femmes pour la M2D contre 19,3 par 1 000 femmes pour le couple 2D et 3D (P = 0,004)35. Deux études évaluent la valeur prédictive positive de la biopsie et ni l'une ni l'autre ne constatent de résultat significatif.28,34

Tableau 1 : Résumé des études retenues

Premier auteur (année)
Plan d'étude
N Paramètres d'intérêt
Taux de rappels après dépistage (2D c. 2D+3D) Taux de détection de cancers par 1 000 femmes examinées (2D c. 2D+3D)
Friedewald (2014)35
Étude rétrospective avant-après
454 850 10,7 % c. 9,1 % (P < 0,001); réduction 15 % 4,2 c. 5,4 (P < 0,001)
Greenberg (2014)28
Étude rétrospective
59 617 16,2 % c. 13,6 % (P < 0,0001); réduction 16 % 4,9 c. 6,3 (P = 0,035)
Haas (2013)31
Étude rétrospective
13 158 12,0 % c. 8,4 % (P < 0,01);   réduction 30 % 5,2 c. 5,7 (P = 0,70)
Lourenco (2015)34
Étude rétrospective avant-après
25 498 9,3 % c. 6,4 % (P < 0,00001);   réduction 31 % 5,4 c. 4,6 (P = 0,44)
McCarthy (2014)33
Étude rétrospective avant-après
26 299 10,4 % c. 8,8 % (P < 0,001); réduction 15 % 4,6 c. 5,5 (P = 0,32)
Rose (2013)38
Étude rétrospective avant-après
23 355 8,7 % c. 5,5 % (P < 0,001);   réduction 37 % 4,0 c. 5,4 (P = 0,18)
Skaane (2013)36
Étude prospective
12 621 2,9 % c. 3,7 % (P = 0,005); hausse de 27 % pour 2D+3D (mais recours à la double lecture avec arbitrage) 7,1 c. 9,4 (P < 0,001)

2D = technologie bidimensionnelle; 2D+3D = combinaison des technologies 2D et 3D; 3D = technologie tridimensionnelle; c. = contre; N = nombre de patientes.

Effets indésirables

La dose de radiation est une question importante en raison de la radiosensibilité de la glande mammaire. La dose varie selon le nombre de vues, le contrôle de l'exposition et d'autres facteurs6,39. Dans la TMN, la projection ne représente qu'une fraction de la dose de la projection en M2D, mais de nombreuses images sont captées et la dose globale lorsque les technologies 2D et 3D sont combinées peut être le double de celle de la M2D seule1,4,5,39-42. Néanmoins, cette haute dose ne dépasse pas la limite établie par les États-Unis dans Mammography Quality Standards Act pour l'examen de mammographie de dépistage38,43. Une nouvelle technique novatrice remplace l'étape bidimensionnelle courante de l'imagerie combinée par des vues 2D synthétiques reconstruites à partir des images acquises à la TMN. Alors, on pourrait éliminer l'imagerie 2D et diminuer de moitié la dose de radiation globale comparativement à celle de la M2D seule1,4,9,40,41. Autre aspect préoccupant de la M2D, la douleur générée par la compression mammaire peut influer sur l'observance du dépistage; cette douleur serait moindre avec la TMN, car la compression mammaire maximale, qui a pour objectif de réduire au minimum la superposition des tissus, n'est pas autant nécessaire6,10.

Administration et cout

Le cout du nouvel appareil de mammographie numérique est considérable, près de 750 000 $ US s'il offre le mode de TMN20,40. Aux États-Unis, la TMN en est toujours au stade expérimental et aucun tarif n'a encore été fixé aux fins de facturation par les fournisseurs de services. C'est également le cas au Canada où en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario, par exemple, la TMN n'est pas prévue au barème de rémunération des services médicaux44-46. Selon les écrits à ce sujet, y compris certaines des études dont il est question ici, le mode de fonctionnement qui prévaut en ce moment aux États-Unis veut que le fournisseur absorbe le cout supplémentaire ou l'impute au patient en lui demandant 50 $ US en plus des frais de la M2D pour couvrir le cout de cette phase de l'imagerie5,20,28,43,47. Un rapport américain mentionne une gamme de frais additionnels pour la TMN allant de 25 $ US à 250 $US48.

Une analyse cout-efficacité américaine43 du dépistage biennal chez des femmes de 50 à 74 ans aux seins denses en arrive au cout différentiel de 70 500 $ US l'année de vie gagnée pour l'imagerie 2D+3D comparativement à la M2D seule. Les données cliniques proviennent de l'étude norvégienne36, et le cout lié à la TMN dans le cas de référence a été fixé à 50 $ US (aucune donnée américaine n'était disponible au moment de l'analyse). Le cout différentiel calculé de l'année de vie ajustée en fonction de la qualité (AVAQ) est de 54 000 $ US (pas de mention du cout par cancer détecté ni de l'impact sur la mortalité). Si l'on postule que la TMN améliore modérément la sensibilité et la spécificité, 405 résultats faux positifs ont été évités par 1 000 femmes au terme de 12 séries de dépistage, ainsi que 0,5 décès par cancer du sein par 1 000 femmes. Le rapport cout-efficacité est sensible avant toute chose au cout additionnel de la tomosynthèse; augmenter le cout de la tomosynthèse d'appoint ne change en rien le rapport cout-efficacité relatif du dépistage combiné à moins que ce cout dépasse les 87 $ US, portant le cout total du dépistage à 226 $US43.

Activités dans le domaine

Un certain nombre de technologies d'imagerie mammaire sont en cours de mise au point, notamment des techniques d'IRM mammaire, de mammographie avec injection d'un agent de contraste, d'échographie avec élastographie ou microbulles et de mammographie biénergie (mammographie spectrale). Au chapitre des technologies d'imagerie mammaire à l'étude, citons la tomodensitométrie mammaire (système dédié qui offre des images tridimensionnelles sans compression), l'échographie 3D, l'imagerie mammaire radioisotopique et la tomographie par émission de positons (TEP)27,39,49.

Diffusion de la technologie

Un article paru en 2014 fait état de l'installation de trois unités de TMN Selenia Dimensions à l'Hôpital Princess Margaret à Toronto, avec l'intention d'agrandir ce parc technologique8. Selon des communiqués, un établissement de la Colombie-Britannique et le Centre de santé du sein de la femme à Ottawa se sont dotés de systèmes de tomosynthèse50,51.

Un sondage effectué en 2012 auprès de 1 800 médecins membres de la Société d'imagerie du sein aux États-Unis étudie la question de l'étendue de la diffusion de la TMN48. Le taux de réponse est de 30 %, et les résultats révèlent que 30 % des répondants utilisent la TMN. Dans une proportion de 51 %, les répondants ont à leur disposition une seule unité de TMN, alors que 6 % n'ont que des unités de TMN. Près de 80 % des répondants ont recours à la TMN à des fins de dépistage et 20 % d'entre eux l'offrent à toutes les patientes vues au dépistage. L'utilisation de la TMN est deux fois plus courante en milieu universitaire qu'en cabinet privé.

Enjeux d'implantation

Voici les enjeux d'implantation soulevés par des experts :

  • La lecture des images produites à la TMN (environ 200 comparativement à 4 avec la M2D) peut prolonger du double le temps d'interprétation du mammogramme5,41. Ainsi, le temps de lecture par patiente est passé de 33 à 77 secondes selon une étude italienne52, de 45 à 91 secondes selon une étude norvégienne53 et de 114 à 168 secondes selon une étude américaine54. Même lorsque le radiologiste est expérimenté en TMN, cela ne semble pas diminuer notablement le temps d'interprétation20. Cependant, il est noté que la diminution du taux de rappels et de la nécessité de vues complémentaires viendra compenser l'interprétation plus longue40.
  • Nous n'avons pas cerné d'exigences de formation sur la TMN applicables au Canada; aux États-Unis, le Mammography Quality Standards Act42 exige du radiologiste qu'il ait à son actif huit heures de formation pour interpréter les images de TMN. Plusieurs organismes d'éducation médicale continue offrent cette formation (le radiologiste formé ne peut devenir un formateur d'autres radiologistes)55. La législation étatsunienne exige également que les technologues comptent huit heures de formation qui, elle, est offerte par les fournisseurs de la technologie au moment de l'installation du matériel55.
  • Le stockage des données de TMN nécessite un vaste espace et il peut être nécessaire de voir à l'expansion des ressources en technologie de l'information (TI)5,20. L'on peut comprimer les données dans une proportion de 4:1 selon un mode de compression inaltérante pour diminuer la taille totale de l'ensemble de données, quoique sa taille sera tout de même décuplée par rapport à la taille de l'ensemble de données acquises à la mammographie numérique quatre vues et comprimées2. Une source de référence fait remarquer que l'espace de stockage nécessaire peut correspondre au centuple de l'espace de stockage des données de la M2D, et si toutes les images tomographiques saisies sont conservées, ce sera un espace 200 fois plus vaste qui sera nécessaire55.
  • L'interprétation des images s'effectue au poste de travail prévu par le distributeur, et les transmettre au patient ou à un professionnel de la santé d'un autre établissement est difficile42.
  • Outre le prix de l'équipement de TMN, il faut prévoir de l'espace et des fonds pour les postes de travail où s'effectue l'interprétation des images20.

Références

  1. Svahn TM, Houssami N, Sechopoulos I, Mattsson S. Review of radiation dose estimates in digital breast tomosynthesis relative to those in two-view full-field digital mammography. Breast. 29 déc. 2014; 24(2):93-9.
  2. Roth RG, Maidment AD, Weinstein SP, Roth SO, Conant EF. Digital breast tomosynthesis: lessons learned from early clinical implementation. Radiographics. Juill. 2014; 34(4):E89-102.
  3. Tejerina BA, Tejerina BA, Rabadan DF, De Lara GA, Rosello Llerena JA, Tejerina GA. Breast imaging: how we manage diagnostic technology at a multidisciplinary breast center. J Oncol [Internet]. 2012 [cité le 26 janv. 2015]; 2012:213421. Accessible à:  http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3398658/pdf/JO2012-213421.pdf.
  4. Geisel JL, Philpotts LE. Breast tomosynthesis: A replacement or an adjunct to conventional diagnostic mammography? Current Breast Cancer Reports. 2014; 6(2):132-7.
  5. Conant EF. Clinical implementation of digital breast tomosynthesis. Radiol Clin North Am. Mai 2014; 52(3):499-518.
  6. Alakhras M, Bourne R, Rickard M, Ng KH, Pietrzyk M, Brennan PC. Digital tomosynthesis: a new future for breast imaging? Clin Radiol. Mars 2013; 68(5):e225-e236.
  7. Recherche des homologations d'un instrument médical en vigueur [Internet]. Ottawa : Santé Canada [cité le 19 févr. 2015]. Accessible à : http://webprod5.hc-sc.gc.ca/mdll-limh/language-langage.do?lang=fra&url=t.licence.type.
  8. Zeidenberg J. Trailblazers use tomosynthesis to improve the diagnosis of breast cancer [Toronto]. Canadian Healthcare Technology [Internet]. Nov. 2014 [cité le 24 févr. 2015]; 19(8):14. Accessible à : http://www.canhealth.com/wordpress/wp-content/uploads/2014/10/Canadian-Healthcare-Technology-2014-08.pdf.
  9. Christie Innomed. [Internet]. Sainte-Eustache (QC). HOLOGIC® Selenia dimensions; [cité le 24 févr. 2015]. Accessible à : http://www.christieinnomed.com/fr/selenia-dimension.
  10. Uematsu T. The emerging role of breast tomosynthesis. Breast Cancer. 2013 Jul; 20(3):204-12.
  11. Selenia Dimensions 3D System - P080003 [Internet]. Silver Spring (MD) : U.S. Food and Drug Administration; 9 juin 2013. [cité le 19 févr. 2015]. (Medical devices). Accessible à : http://www.fda.gov/MedicalDevices/ProductsandMedicalProcedures/DeviceApprovalsandClearances/Recently-ApprovedDevices/ucm246400.htm.
  12. Perriello B. FDA approves Sienens 3D breast tomo device. MassDevice [Internet]. 23 avril 2015 [cité le 24 avril 2015]. Accessible à : http://www.massdevice.com/news/fda-approves-siemens-3d-breast-tomo-device.
  13. SenoClaire - P130020 [Internet]. Silver Spring (MD) : U.S.Food and Drug Administration; 26 aout 2014. [cité le 19 févr. 2015]. Accessible à : http://www.accessdata.fda.gov/scripts/cdrh/cfdocs/cfTopic/pma/pma.cfm?num=p130020.
  14. Hologic to showcase award winning 3D mammography and other advanced imaging technologies at RSNA 2012 [Internet]. Bedford (MA) : PRNewswire; 19 nov. 2012. [cité le 19 févr. 2015]. Accessible à : http://www.prnewswire.com/news-releases/hologic-to-showcase-award-winning-3d-mammography-and-other-advanced-imaging-technologies-at-rsna-2012-179972121.html.
  15. GE Healthcare announces CE marking for its breast tomosynthesis solution, SenoClaire [Internet]. San Francisco : Business Wire; 16 juill. 2013. [cité le 19 févr. 2015]. Accessible à : http://www.businesswire.com/news/home/20130716005842/en/GE-Healthcare-Announces-CE-Marking-Breast-Tomosynthesis%20-%20.VOIRXy5jfaQ#.VOYs7Z2EhD.
  16. DBT (Digital Breast Tomosynthesis) [Internet]. Bologne (Italie) : IMS; 2015. [cité le 19 févr. 2015]. Accessible à : http://www.imsitaly.eu/19/ims%2c-giotto-tomo%2c-dbt-digital-breast-tomosynthesis.
  17. AMULET innovality. Innovation and quality in mammography [Internet]. Tokyo : FujiFilm; 2015. [cité le 19 févr. 2015]. Accessible à : http://www.fujifilm.com/products/medical/products/digital_mammography/innovality/index.html.
  18. Société canadienne du cancer. [Internet]. Toronto. Statistiques sur le cancer du sein; [cité le 24 févr. 2015]. Accessible à : http://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/breast/statistics/?region=bc.
  19. Lei J, Yang P, Zhang L, Wang Y, Yang K. Diagnostic accuracy of digital breast tomosynthesis versus digital mammography for benign and malignant lesions in breasts: a meta-analysis. Eur Radiol. Mars 2014; 24(3):595-602.
  20. Lee CI, Lehman CD. Digital breast tomosynthesis and the challenges of implementing an emerging breast cancer screening technology into clinical practice. J Am Coll Cardiol. Déc. 2013; 10(12):913-7.
  21. Fondation canadienne du cancer du sein. Mammographie de dépistage [Internet]. Toronto : La Fondation; 2011. [cité le 10 mars 2015]. Accessible à : http://www.cbcf.org/fr-fr/central/AboutBreastHealth/GetScreened/Pages/Mammography.aspx.
  22. Apesteguia Ciriza L, Pina Insausti LJ. Population-based breast cancer screening: Certainties, controversies, and future perspectives. Radiologia. Nov. 2014; 56(6):479-84. En espagnol.
  23. Kopans DB. Digital breast tomosynthesis from concept to clinical care. AJR Am J Roentgenol. Févr. 2014; 202(2):299-308.
  24. Drukteinis JS, Mooney BP, Flowers CI, Gatenby RA. Beyond mammography: new frontiers in breast cancer screening. Am J Med [Internet]. Juin 2013 [cité le 26 janv. 2015]; 126(6):472-9. Accessible à : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4010151/pdf/nihms571320.pdf.
  25. JAMC [Internet]. Ottawa : Association médicale canadienne. New breast cancer screening guidelines released. Groupe d'étude canadien sur les soins de santé préventifs; 21 nov. 2011 [cité le 24 févr. 2015]. Accessible à : http://www.cmaj.ca/site/misc/pr/21nov11_pr.xhtml.
  26. U.S. Preventative Services Task Force [Internet]. Final recommendation statement : breast cancer: screening; déc. 2014 [cité le 24 févr. 2015]. Accessible à : http://www.uspreventiveservicestaskforce.org/Page/Document/RecommendationStatementFinal/breast-cancer-screening#clinical-considerations.
  27. Jochelson M. Advanced imaging techniques for the detection of breast cancer. Am Soc Clin Oncol Educ Book [Internet]. 2012 [cité le 26 janv. 2015]; 65-9. Accessible à : http://meetinglibrary.asco.org/content/223-114.
  28. Greenberg JS, Javitt MC, Katzen J, Michael S, Holland AE. Clinical performance metrics of 3D digital breast tomosynthesis compared with 2D digital mammography for breast cancer screening in community practice. AJR Am J Roentgenol. Sept. 2014; 203(3):687-93.
  29. Coldman AJ, Phillips N. False-positive screening mammograms and biopsies among women participating in a Canadian provincial breast screening program. Can J Public Health. 2012; 103(6):e420-e424.
  30. Margolies L, Cohen A, Sonnenblick E, Mandeli J, Schmidt PH, Szabo J, et coll. Digital breast tomosynthesis changes management in patients seen at a tertiary care breast center. ISRN Radiol [Internet]. 2014 [cité le 26 janv. 2015]; 2014:658929. Accessible à : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4045465/pdf/ISRN.RADIOLOGY2014-658929.pdf.
  31. Haas BM, Kalra V, Geisel J, Raghu M, Durand M, Philpotts LE. Comparison of tomosynthesis plus digital mammography and digital mammography alone for breast cancer screening. Radiology. Déc. 2013; 269(3):694-700.
  32. Association canadienne des radiologistes. Lignes directrices de pratique et normes techniques de la CAR en matière d'imagerie du sein et d'intervention. Ottawa : CAR; 2013. 45 p. [cité le 26 février 2015]. Accessible à : http://car.ca/uploads/standards%20guidelines/20131024_fr_ldp_imagerie_sein.pdf.
  33. McCarthy AM, Kontos D, Synnestvedt M, Tan KS, Heitjan DF, Schnall M, et coll. Screening outcomes following implementation of digital breast tomosynthesis in a general-population screening program. J Natl Cancer Inst. Nov. 2014; 106(11).
  34. Lourenco AP, Barry-Brooks M, Baird GL, Tuttle A, Mainiero MB. Changes in recall type and patient treatment following implementation of screening digital breast tomosynthesis. Radiology. Févr. 2015; 274(2):337-42.
  35. Friedewald SM, Rafferty EA, Rose SL, Durand MA, Plecha DM, Greenberg JS, et al. Breast cancer screening using tomosynthesis in combination with digital mammography. JAMA. 25 juin 2014; 311(24):2499-507.
  36. Skaane P, Bandos AI, Gullien R, Eben EB, Ekseth U, Haakenaasen U, et al. Prospective trial comparing full-field digital mammography (FFDM) versus combined FFDM and tomosynthesis in a population-based screening programme using independent double reading with arbitration. Eur Radiol [Internet]. Aout 2013 [cité le 26 janv. 2015]; 23(8):2061-71. Accessible à : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3701792/pdf/330_2013_Article_2820.pdf.
  37. Ciatto S, Houssami N, Bernardi D, Caumo F, Pellegrini M, Brunelli S, et al. Integration of 3D digital mammography with tomosynthesis for population breast-cancer screening (STORM): a prospective comparison study. Lancet Oncol. Juin 2013; 14(7):583-9.
  38. Rose SL, Tidwell AL, Bujnoch LJ, Kushwaha AC, Nordmann AS, Sexton R, Jr. Implementation of breast tomosynthesis in a routine screening practice: an observational study. AJR Am J Roentgenol. Juin 2013; 200(6):1401-8.
  39. Kilburn-Toppin F, Barter SJ. New horizons in breast imaging. Clin Oncol (R Coll Radiol ). 2013 Feb;25(2):93-100.
  40. Patterson SK, Roubidoux MA. Update on new technologies in digital mammography. Int J Womens Health [Internet]. 2014 [cité le 26 janv. 2015]; 6:781-8. Accessible à : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4140703/pdf/ijwh-6-781.pdf.
  41. Houssami N, Skaane P. Overview of the evidence on digital breast tomosynthesis in breast cancer detection. Breast. 2013 Apr; 22(2):101-8.
  42. Holland K. Taking a breast center one step further: implementing breast tomosynthesis. Radiol Manage. Janv. 2012.34(1):40-2.
  43. Lee CI, Cevik M, Alagoz O, Sprague BL, Tosteson AN, Miglioretti DL, et coll. Comparative effectiveness of combined digital mammography and tomosynthesis screening for women with dense breasts. Radiology. Mars 2015; 274(3):772-80.
  44. Medical Services Commission. Diagnostic radiology [Internet]. Vancouver : BC Ministry of Health; avril 2013 13 p. [cité le 26 févr. 2015]. (MSC Payment Schedule). Accessible à : http://www.health.gov.bc.ca/msp/infoprac/physbilling/payschedule/pdf/37-diagnostic-radiology.pdf.
  45. Gouvernement de l'Alberta. Alberta Health Care insurance plan: medical procedure list as of 01 October 2014. Edmonton : Alberta Health; 2014. 260 p. [cité le 26 févr. 2015]. (Schedule of Medical Benefits (SOMB)). Accessible à : http://www.health.alberta.ca/documents/SOMB-Medical-Procedures-2014-10.pdf.
  46. Ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l'Ontario. [Internet]. Toronto. Schedule of benefits for physician services under the health insurance act; 2014 May 1 [cité le 24 févr. 2015]. Accessible à : http://www.health.gov.on.ca/english/providers/program/ohip/sob/physserv/physserv_mn.html.
  47. Bonafede MM, Kalra VB, Miller JD, Fajardo LL. Value analysis of digital breast tomosynthesis for breast cancer screening in a commercially-insured US population. Clinicoecon Outcomes Res [Internet]. 2015 [cité le 5 févr. 2015]; 7:53-63. Accessible à : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4296908.
  48. Hardesty LA, Kreidler SM, Glueck DH. Digital breast tomosynthesis utilization in the United States: a survey of physician members of the Society of Breast Imaging. J am coll radiol. Juin 2014; 11(6):594-9.
  49. 3D technologies poised to change how doctors diagnose cancers [Internet]. Silver Spring (MD) : U.S. Food and Drug Administration; 30 sept. 2014 0 [cité le 19 févr. 2015]. Accessible à : http://www.fda.gov/ForConsumers/ConsumerUpdates/ucm416312.htm.
  50. Goomansingh C. 3D mammograms may increase early detection of breast cancer: study [Internet]. Toronto (ON) : Global News; 24 juin 2014 [cité le 15 avril 2015]. Accessible à : http://globalnews.ca/news/1413016/3d-mammograms-may-increase-early-detection-of-breast-cancer-study/.
  51. Revue annuelle avril 2011 à mars 2012 du Centre de santé du sein de la femme [Internet]. Ottawa (ON) : Centre de santé du sein de la femme de l'Hôpital d'Ottawa; 2012. [cité le 15 avril 2015]. Accessible à : https://www.ottawahospital.on.ca/wps/wcm/connect/13f7e0804b9dc79b9189dd56b8a72a08/WBHC+Annual+Review+11-12+French.pdf?MOD=AJPERES.
  52. Bernardi D, Ciatto S, Pellegrini M, Anesi V, Burlon S, Cauli E, et al. Application of breast tomosynthesis in screening: incremental effect on mammography acquisition and reading time. Br J Radiol [Internet]. Déc. 2012 [cité le 26 janv. 2015]; 85(1020):e1174-e1178. Accessible à : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3611720/pdf/bjr-85-e1174.pdf.
  53. Skaane P, Bandos AI, Gullien R, Eben EB, Ekseth U, Haakenaasen U, et al. Comparison of digital mammography alone and digital mammography plus tomosynthesis in a population-based screening program. Radiology. 2013 Apr; 267(1):47-56.
  54. Dang PA, Freer PE, Humphrey KL, Halpern EF, Rafferty EA. Addition of tomosynthesis to conventional digital mammography: effect on image interpretation time of screening examinations. Radiology. Janv. 2014; 270(1):49-56.
  55. Hardesty LA. Issues to consider before implementing digital breast tomosynthesis into a breast imaging practice. AJR Am J Roentgenol. Mars 2015 ;204(3):681-4.

 

*****************

Citer comme suit : Foerster V. La tomosynthèse (mammographie tridimensionnelle) aux fins de dépistage du cancer du sein.[Notes sur les technologies de la santé en émergence, Numéro 135]. Ottawa : L'Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé; 2015.

*****************

Les Notes sur les technologies de la santé en émergence sont une série de bulletins précis qui met en relief des médicaments et des technologies non médicamenteuses qui ne sont pas encore utilisées    (ou bien répandues) au Canada. Le contenu reflète l'expérience préliminaire concernant la technologie en question ; toutefois d'autres données probantes à son sujet pourraient s'ajouter à l'avenir. Ces sommaires ne sont pas conçus pour tenir lieu d'expertise médicale professionnelle. Les renseignements techniques sont rassemblés à titre de service d'information offert aux personnes participant à la planification et à la prestation des soins au Canada.

Bien que l'ACMTS ait tout mis en œuvre pour veiller à l'exactitude, à l'exhaustivité et à l'actualité du contenu en date de janvier 2015, elle décline toute responsabilité à cet égard. Elle ne saurait être tenue responsable des erreurs ou omissions, des blessures, des pertes, des dommages ou des préjudices découlant de l'usage ou du mésusage de l'information contenue ou sous-entendue dans le présent document ou dans la documentation de source.

Ce document et l'information fournie sont préparés et destinés à être utilisés dans le cadre du système de soins de santé canadien. D'autres systèmes de soins de santé sont différents et les problèmes ou les informations relatifs au sujet faisant l'objet de ce document peuvent varier dans d'autres secteurs de compétence ; tout usage (ou mésusage) de ce document en dehors du Canada se fait au propre risque de l'utilisateur. Les modalités d'utilisation et toute question ou cas de toute nature résultant du contenu ou de l'utilisation (malveillante ou non) de ce document seront régies par et interprétées selon les lois de la province de l'Ontario et les lois canadiennes applicables. Tout litige découlant des présentes modalités sera tranché exclusivement par une cour relevant de la compétente de la province de l'Ontario.

La production de ce document a été rendue possible grâce à l'apport financier de Santé Canada et des gouvernements d'Alberta, de la Colombie-Britannique, du Manitoba, du Nouveau-Brunswick, de Terre-Neuve-et-Labrador, des Territoires du Nord-Ouest, de la Nouvelle-Écosse, du Nunavut, de l'Ontario, de l'Île-du-Prince-Édouard, de la Saskatchewan et du Yukon. L'ACMTS assume l'entière responsabilité de la forme et du contenu définitifs du présent document. Les énoncés, conclusions et points de vue qui y paraissent ne représentent pas forcément l'opinion de Santé Canada ou d'un gouvernement provincial ou territorial.

© 2015, ACMTS. Vous pouvez utiliser, télécharger ou imprimer ce document à des fins personnelles non commerciales ou à des fins de recherche et d'étude privées uniquement, pourvu qu'il ne soit pas modifié et que l'ACMTS soit dument mentionnée. Il vous est autrement interdit de copier, de reproduire, de modifier, de traduire,  de télécharger, d'enregistrer électroniquement, de publier à nouveau ou de redistribuer tout contenu de ce document de quelque façon ou par quelque moyen que ce soit, sans avoir obtenu le consentement    écrit exprès de l'ACMTS.

Veuillez contacter la vice-présidente des Services généraux de l'ACMTS à requests@cadth.ca pour toute demande au sujet de cet avertissement ou toute autre question juridique relative aux services de l'ACMTS.

ISSN : 1488-6332 (en ligne)

APPENDIX A

Annexe A : Dépistage du cancer du sein — Mammographie 2D contre mammographie 2D plus 3D

Auteur (année); pays; plan et période d'étude Population Intervention (2D et 3D dans tous les cas) Comparateur Paramètres d'intérêt
Friedewald et coll. (2014)35, É.-U.; étude rétrospective avant-après de cohorte 2D (2010-2011) c. cohorte 2D+3D (2011-2012) de 13 centres N = 454 850 : 2D pour 62 % et 2D+3D pour 38 % Hologic Selenia Dimensions MN 2D (pas de mention des appareils)
  • Taux de rappels après mammographie de dépistage : 10,7 % c. 9,1 %; différence absolue de 1,6 % (P < 0,001)
  • Taux de détection de cancers par 1 000 examens de dépistage : 4,2 pour 2D c. 5,4 pour 2D+3D; différence absolue de 1,2 (IC à 95 % de 0,8 à 1,6; P < 0,001)
  • Taux de détection de cancers invasifs par 1 000 examens de dépistage : 2,9 pour 2D c. 4,1 pour 2D+3D; différence de 1,2 (IC à 95 % de 0,8 à 1,6; P < 0,001)
  • Taux de biopsies par 1 000 examens de dépistage : 18,1 pour 2D c. 19,3 pour 2D+3D; différence absolue de 1,3 (IC à 95 % de 0,4 à 2,1; P = 0,004)
Greenberg et coll. (2014)28, É.-U.; étude rétrospective de 2 cohortes soumises au dépistage dans la même période (2011-2012) à divers sites (2D ou 2D+3D) N = 59 617 (âge moyen de 60 ans) : 65 % ont choisi 2D et 35 % 3D (la plupart ont payé des frais supplémentaires de 50 $ US) Hologic Selenia Dimensions MN 2D (Hologic Selenia)
  • Taux de rappels après mammographie de dépistage : 16,2 % pour 2D c. 13,6 % pour 2D+3D; différence absolue de 2,6 % (P < 0,0001); réduction relative de 16,1 %
    (P < 0,0001)
  • Taux de détection de cancers par 1 000 examens de dépistage : 4,9 pour 2D c. 6,3 pour 2D+3D; taux de 28,6 % plus élevé avec 3D c. 2D (P = 0,035)
  • Taux de détection de cancers invasifs par 1 000 examens de dépistage : 3,2 pour 2D c. 4,6 pour 2D+3D; taux de 43,8 % plus élevé avec 3D c. 2D (P = 0,0056)
  • VPP (cancers détectés par 100 rappels) : 3,0 pour 2D c. 4,6 pour 2D+3D (P = 0,0003); avantage de 53 % pour 3D
  • VPP de biopsie : 23,8 % pour 2D c. 22,8 % pour 2D+3D (P = 0,696)
Haas et coll. (2013)31,
É.-U.; 2011-2012; étude rétrospective de 2 cohortes soumises au dépistage dans la même période à divers sites (2D ou 2D+3D)
N = 13 158 : 2D pour 54 % et 3D+2D pour 46 % Hologic Selenia Dimensions MN 2D (Hologic Selenia)
  • Taux de rappels après mammographie de dépistage : 12 % pour 2D c. 8,4 % pour 2D+3D
    (P < 0,01); correspond à une réduction de 30 % du taux de rappels lorsque 3D s'ajoute à 2D
  • Taux de détection de cancers par 1 000 examens de dépistage : 5,2 pour 2D c. 5,7 pour 2D+3D (P = 0,70); hausse de 9,5 % du taux de détection lorsque 3D s'ajoute à 2D, ou il faut dépister 2 018 femmes par 3D pour détecter un cancer de plus; analyse de sous-groupes : pas de DSS entre les groupes quant au taux de détection chez les femmes à haut risque et chez les femmes selon leur risque initial
Lourenco et coll. (2015) 34, É.-U.; étude rétrospective avant-après d'une cohorte 2D (2011-2012) c. une cohorte 2D+3D (2012-2013) N = 25 498 (âge moyen de 55 ans; gamme de 25 à 90) : 2D pour 49 % et 3D pour 51 % Hologic Selenia Dimensions Mammographie 2D en DR (Senographe, GE Medical)
  • Taux de rappels après mammographie de dépistage : 9,3 % (IC de 8,8 % à 9,9 %) pour 2D c. 6,4 % (IC de 6,0 % à 6,8 %) pour 3D; différence absolue de 2,9 %; réduction relative de 31 % (P < 0,00001); taux de rappels pour asymétries plus bas avec 3D qu'avec 2D, mais taux de rappels pour nodules, distorsions ou calcifications plus bas avec 2D qu'avec 3D
  • Taux de détection de cancers par 1 000 examens de dépistage : 5,4 pour 2D c. 4,6 pour 2D+3D (P = 0,44); taux de 28,6 % plus élevé pour 2D+3D c. 2D (P = 0,035)
  • VPP de biopsie : 30,2 % pour 2D c. 23,8 % pour 2D+3D (P = 0,21)
McCarthy et coll. (2014)33, É.-U.; étude rétrospective avant-après d'une cohorte 2D (2010-2011) c. une cohorte 2D+3D (2011-2013) N = 26 299 : 2D pour 41 % et 2D+3D pour 59 % Hologic Selenia Dimensions MN 2D (pas de mention des appareils)
  • Taux de rappels après mammographie de dépistage : 10,4 % pour 2D c. 8,8 % pour 2D+3D (RC ajusté = 0,80, IC à 95 % de 0,74 à 0,88; P < 0,001); correspond à une réduction de 15 % ou à 16 rappels de moins par 1 000 examens de TMN
  • Taux de détection de cancers par 1 000 examens de dépistage : du même ordre pour MN et TMN (4,6 c. 5,5; P = 0,32)
  • Taux de biopsies par 1 000 examens de dépistage : du même ordre pour MN et TMN (18 c. 20; P = 0,14), comme les cancers détectés aux biopsies recommandées et aux biopsies exécutées
Rose et coll. (2013)38, É.-U.; étude rétrospective avant-après d'une cohorte 2D (2010) c. une cohorte 2D+3D (2011-2012) N = 23 355 : 2D pour 59 % et 2D+3D pour 41 % Hologic Selenia Dimensions MN 2D (Hologic Selenia)
  • Taux de rappels après mammographie de dépistage : 8,7 % pour 2D c. 5,5 % pour 2D+3D (P < 0,001); correspond à une réduction de 15 % ou à 16 rappels de moins par 1 000 examens de TMN
  • Taux de détection de cancers par 1 000 examens de dépistage : du même ordre pour MN et TMN (4,0 c. 5,4; = 0,18)
  • Taux de détection de cancers invasifs par 1 000 examens de dépistage : 2,8 pour 2D c. 4,3 pour 2D+3D (P = 0,07)
  • VPP (cancers détectés par 100 rappels) : 4,7 % pour 2D c. 10,1 % pour 2D+3D (P < 0,001)
  • Taux de biopsies par 1 000 examens de dépistage : du même ordre pour MN et TMN (15,2 c. 13,5; P = 0,59)
Skaane et coll. (2013)36, Norvège; étude prospective, les femmes sont leur propre témoin (4 examens pour une même compression), 2011-2012, LECTURE EN DOUBLE avec arbitrage en cas de divergence N = 12 621 femmes âgées de 50 à 69 ans Hologic Selenia Dimensions Unit (2D/3D + images de synthèse 2D/3D) Hologic Selenia Dimensions Unit (2D + 2D et DAO)
  • Taux de rappels après mammographie de dépistage : 2,9 % pour 2D c. 3,7 % pour 2D+3D (P = 0,005)
  • Taux de détection de cancers par 1 000 examens de dépistage : 7,1 pour 2D c. 9,4 pour 2D+3D (P < 0,001); hausse de 30 % avec 2D+3D
  • VVP (cancers détectés par 100 rappels) : du même ordre : 24,7 % pour 2D et 25,5 % pour 2D+3D (P = 0,97)
  • Faux positifs avant arbitrage : 10,3 % pour 2D c. 8,5 % pour 2D+3D (P < 0,001)

2D = bidimensionnelle; 2D+3D = techniques bidimensionnelle et tridimensionnelle réunies; 3D = tridimensionnelle; c. = contre; DSS = différence statistiquement significative; DAO = détection assistée par ordinateur; IC = intervalle de confiance; MN = mammographie numérique; RC = rapport de cotes; TMN = tomosynthèse mammaire numérique; VPP = valeur prédictive positive.