L’ACMTS tient à appuyer les décideurs du secteur de la santé canadiens durant cette période difficile et incertaine.
Pour trouver des outils, ressources et données probantes touchant la COVID-19, consultez notre portail sur la COVID-19.

 

Begin main content

L'exercice dans le traitement de l'entorse de la cheville : efficacité clinique et lignes directrices

Dernière mise à jour : 13 avril 2020
Numéro de projet : RC1261-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Appareils et systèmes
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’efficacité clinique de l’exercice dans le traitement de l’entorse de la cheville?
  2. Que disent les lignes directrices fondées sur des données probantes au sujet des interventions non pharmacologiques dans le traitement de l’entorse de la cheville?

Messages clés

Nous avons recensé deux revues systématiques et deux essais cliniques randomisés se penchant sur l’efficacité clinique de l’exercice dans le traitement de l’entorse de la cheville, ainsi qu’un ensemble de lignes directrices portant sur les interventions non pharmacologiques dans ce contexte.

D’après les résultats des revues systématiques, qui comparent la réadaptation à base d’exercices structurés avec les soins usuels aux soins usuels seuls, ou la réadaptation supervisée aux exercices à la maison, il n’y a pas de différence significative entre les traitements pour ce qui est de la fonction du pied et de la cheville, de la douleur, de l’instabilité subjective de la cheville ou du rétablissement subjectif. Les résultats en ce qui concerne la réapparition de l’entorse sont mitigés. Plus particulièrement, une des revues systématiques montre une réduction significative de la réapparition des entorses de la cheville chez les patients ayant suivi un programme de réadaptation à base d’exercices et reçu les soins usuels par rapport à ceux ayant reçu les soins usuels seuls après sept à douze mois, mais pas après trois à six mois. Dans l’autre revue systématique, une étude fait état d’une réapparition de l’entorse chez une proportion significativement plus faible dans le groupe recevant une réadaptation supervisée que dans celui faisant des exercices à la maison, tandis qu’une autre étude ne révèle aucune différence significative entre les groupes.

 Selon un essai clinique randomisé, comparativement au traitement classique PRICE (protection, repos, glace [ice], compression, élévation), la mobilisation précoce par une technique de traction à l’aide d’une bande élastique n’entraine aucune différence significative dans la force de la cheville, la fonction de la cheville, la douleur et le nombre de jours avant le retour à l’activité sportive chez les enfants et les adolescents.

Un autre essai clinique randomisé comparant la thérapie par exercice au moyen d’une Wii Fit™ à la physiothérapie classique et à l’absence de traitement n’a trouvé aucune différence significative entre les groupes de traitement pour ce qui est de la fonction de la cheville, de la douleur, du délai de retour à l’activité sportive et de la satisfaction et l’efficacité autoévaluées.

Les lignes directrices retenues recommandent la thérapie par l’exercice combinée à un soutien fonctionnel (support pour cheville) ou à la mobilisation manuelle dans le traitement de l’entorse latérale aigüe de la cheville (données probantes de niveau 2). Elles ne recommandent pas la méthode RICE (repos, glace, compression et élévation) utilisée seule (données probantes de niveau 2), ou d’autres traitements comme l’acuponcture, la thérapie vibratoire, le traitement au laser, le traitement par ultrasons, l’électrothérapie, la diathermie à ondes courtes et la thérapie par la lumière par l’appareil Bioptron (données probantes de niveau 3) dans le traitement de l’entorse latérale aigüe de la cheville. La force des énoncés de recommandation n’est pas précisée.