L’ACMTS tient à appuyer les décideurs du secteur de la santé canadiens durant cette période difficile et incertaine.
Pour trouver des outils, ressources et données probantes touchant la COVID-19, consultez notre portail sur la COVID-19.

 

Begin main content

Les médicaments biologiques et biosimilaires dans le traitement des maladies inflammatoires chroniques au Canada : une perspective provinciale

Dernière mise à jour : 21 janvier 2020
Numéro de projet : HO0007-HE0024
Gamme de produits : Examen des technologies
Type de recherche : Médicaments
Type de résultat : Rapports

Au Canada, le cout élevé des médicaments biologiques a provoqué une demande pour des biosimilaires en tant que solution de rechange économique pour les payeurs de soins de santé publics canadiens. Plusieurs médicaments biosimilaires sont maintenant offerts sur le marché pour traiter plusieurs affections; pourtant, il semble que leur utilisation au Canada demeure sous-optimale.

Afin de mieux comprendre l’adoption et l’utilisation actuelles des biosimilaires, des responsables de politiques canadiens souhaitent obtenir de l’information sur leur utilisation dans le traitement des maladies inflammatoires chroniques et sur l’incidence de l’utilisation future de biosimilaires sur les couts.

Pour répondre aux questions de politique, l’ACMTS a collaboré avec des chercheurs indépendants de l’Ontario Drug Policy Research Network (ODPRN). Ces chercheurs ont mené une étude à partir d’information à l’échelle de la population provenant d’ensembles de données conservés à l’ICES afin d’examiner les tendances d’utilisation et de dépense ayant trait aux médicaments biologiques et biosimilaires remboursés par le régime public d’assurance médicaments dans le traitement des maladies rhumatismales inflammatoires et des maladies inflammatoires de l’intestin, ainsi que les différences en matière d’adoption des biosimilaires par patient, indication médicale et type de médicaments dans la perspective d’un vaste programme public de médicaments.

Le rapport de l’ACMTS résume les principales constatations de l’étude de l’ODPRN et examine les incidences possibles pour les décideurs. Les indications médicales d’intérêt pour les responsables des politiques au Canada et qui font l’objet de l’évaluation sont les maladies rhumatismales inflammatoires et les maladies inflammatoires de l’intestin. Dans l’analyse de l’ODPRN, les premières comprennent la polyarthrite rhumatoïde, l’arthrite psoriasique et le psoriasis, alors que les dernières comprennent la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse.