Les programmes de traitement de troubles liés à l’usage de substances psychoactives


( Dernière mise à jour : juin 8, 2021)
Gamme de produits:
Examen d’une technologie de la santé
Project Sub Line:
Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Numéro de projet :
RC1360-000

Détails


Question

1. Quelle est l'efficacité clinique comparative des programmes de traitement hospitalier ou ambulatoire de troubles liés à l'usage de substances psychoactives?
2. Quelle est l'efficacité clinique des programmes de traitement de troubles liés à l'usage de substances psychoactives?
3. Que disent les lignes directrices fondées sur des données probantes au sujet des programmes de traitement de troubles liés à l'usage de substances psychoactives?

Messages clés

Selon des données probantes de qualité faible à modérée, les patients atteints d'un trouble lié à l'usage de substances psychoactives traités en établissement sont plus susceptibles de suivre le traitement jusqu'à la fin et d'être considérés comme abstinents que les patients ayant reçu des soins ambulatoires.Les résultats de la comparaison entre les programmes de traitement en établissement et ceux de traitement ambulatoire quant aux autres paramètres d'efficacité demeurent incertains.Selon des données probantes de qualité faible à modérée, les services de traitement en établissement pour les patients atteints d'un trouble lié à l'usage de substances psychoactives étaient efficaces pour améliorer certains résultats, notamment ceux liés à l'usage de substances psychoactives, aux activités sociales ou criminelles et à la santé mentale. Cependant, le traitement en établissement est vraisemblablement associé aux issues les plus défavorables sur le plan de la survie après le congé, par rapport aux autres traitements.Les programmes de consommation contrôlée d'alcool en milieu hospitalier semblent efficaces et surs pour prévenir et traiter le syndrome de sevrage alcoolique chez les patients opérés, victimes de traumatisme ou hospitalisés pour d'autres motifs. Le niveau de preuves n'a pas été évalué.Nous avons trouvé des données probantes montrant que les programmes de consommation contrôlée d'alcool en milieu extrahospitalier améliorent les résultats sur le plan des habitudes de consommation d'alcool, des méfaits liés à la consommation d'alcool, des activités criminelles, de la santé mentale et du bienêtre social et physique. Le niveau de preuves n'a pas été évalué.Les lignes directrices de pratique clinique de l'American Society of Addiction Medicine contiennent des recommandations de dépistage et de traitement du syndrome de sevrage alcoolique en contexte hospitalier ou ambulatoire. Afin de déterminer des soins qui conviennent, il faut tenir compte dans l'évaluation des signes et symptômes que présente le patient, de sa susceptibilité à subir un sevrage grave ou complexe, ou encore des complications liées au sevrage, ainsi que d'autres aspects de la situation. La force des recommandations n'a pas été évaluée.La Coalition canadienne pour la santé mentale des personnes âgées recommande d'envisager de traiter en établissement les patients atteints d'un trouble lié à l'usage de cannabis qui ne parviennent pas à réduire ou à cesser leur consommation de cannabis (niveau de preuve : faible; force de la recommandation : élevée).