L’ACMTS tient à appuyer les décideurs du secteur de la santé canadiens durant cette période difficile et incertaine.
Pour trouver des outils, ressources et données probantes touchant la COVID-19, consultez notre portail sur la COVID-19.

 

Begin main content

Les programmes d'intervenant-pivot et les patients atteints de démence

Dernière mise à jour : 24 février 2021
Numéro de projet : RC1333-000
Gamme de produits : Rapports d’examen rapide
Type de recherche : Interventions non chirurgicales
Type de rapport : Synthèse accompagnée d'une évaluation critique
Type de résultat : Rapports

Question

  1. Quelle est l’utilité clinique des programmes d’intervenant-pivot pour les patients atteints de démence?
  2. Quel est le rapport cout/efficacité des programmes d’intervenant-pivot pour les patients atteints de démence?
  3. Que disent les lignes directrices fondées sur des données probantes au sujet des services d’intervenant-pivot, quelle que soit l’affection médicale du patient?

Messages clés

Les programmes d’intervenant-pivot sont généralement des interventions de services offertes en milieu extrahospitalier (soins collaboratifs, soins coordonnés, prise en charge) visant à accélérer le diagnostic et le traitement pour les personnes atteintes de maladies chroniques, y compris de démence. Dans l’ensemble, lorsqu’on compare les soins coordonnés aux soins usuels, soit les résultats cliniques sont partagés, soit ils n’indiquent aucune différence entre les groupes quant aux hospitalisations, aux placements en hébergement ou aux placements en maison de soins infirmiers; à la qualité de vie; ou aux symptômes. Par ailleurs, il n’y a pas de différence statistiquement significative entre les groupes au chapitre de la mortalité. Toutefois, les soins coordonnés semblent associés à une amélioration du comportement comparativement aux soins usuels. D’après une évaluation économique, chez les patients atteints de démence, dont la majorité présente un déficit cognitif léger ou n’en présente aucun, la prise en charge collaborative offre des bienfaits supérieurs (années de vie ajustée en fonction de la qualité gagnées) à un cout moindre. Nous avons repéré trois ensembles de lignes directrices formulant des recommandations sur la coordination des soins. Le premier ensemble préconise des soins coordonnés organisés par un professionnel de la santé ou des services sociaux attitré et nommé pour les patients atteints de démence. Le deuxième privilégie le recours aux technologies numériques pour faciliter la coordination des soins chez les personnes atteintes de troubles mentaux. Enfin, le troisième recommande l’offre de soins coordonnés en contexte de délirium, de démence ou de dépression. Ces résultats doivent être interprétés à la lumière de certaines limites (comme le manque de précisions sur le type de démence des participants aux études, les résultats partagés concernant les critères d'évaluation et l’absence d’information sur un suivi de plus de 24 mois).