L’ACMTS s’allie à des organisations étrangères d’évaluation des technologies de la santé pour renforcer la collaboration face aux défis communs


Six organisations d’évaluation des technologies de la santé (ETS) sur trois continents uniront leurs forces afin de collaborer dans une série de domaines ciblés pour profiter aux populations à l’échelle mondiale.

Les signataires de l’entente, qui maintiendront par ailleurs leur indépendance, sont les suivants :

  • National Institute for Health and Care Excellence (NICE, Royaume-Uni);
  • Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS);
  • Department of Health and Aged Care (ministère de la Santé et du Vieillissement, Australie);
  • Healthcare Improvement Scotland (Écosse);
  • Health Technology Wales (Pays de Galles);
  • All Wales Therapeutics and Toxicology Centre (pays de Galles).

L’entente permettra aux partenaires de collaborer au sujet de priorités communes à la recherche de solutions aux principaux défis qui se posent pour tous. Au départ, les cinq domaines prioritaires ci-après ont été établis :

  1. COVID-19
    Les partenaires échangeront de l’information au sujet de leurs démarches avec les organismes de règlementation, de l’établissement des priorités, de la gestion des médicaments sans autorisation de mise sur le marché, de la planification de l’ETS et de stratégies de modélisation économique.
  2. Préparer les systèmes d’ETS pour l’avenir
    Les partenaires échangeront des idées sur les façons dont les processus d’ETS pourraient mieux prévoir les défis en matière de technologie et de méthodologie et collaboreront autour des sujets scientifiques et méthodologiques utiles pour relever ces défis.
  3. Collaborer avec les organismes de règlementation
    Les partenaires examineront la mise en œuvre de stratégies communes de travailler avec les organismes de règlementation du Royaume-Uni, du Canada et de l’Australie en vue de déterminer quelles sont les occasions d’améliorer et de promouvoir les ETS, ainsi que de définir les collaborations possibles en matière de règlementation.
  4. Communiquer les travaux et gagner en efficience
    Les partenaires étudieront la faisabilité de reconnaitre ou d’utiliser les renseignements respectifs en matière d’ETS et verront s’ils peuvent lancer un projet pilote d’évaluation clinique commune.
  5. Intelligence artificielle et ETS numériques
    Les partenaires échangeront de l’information à propos des avancées de l’évaluation des ETS numériques, notamment des technologies reposant sur l’intelligence artificielle.

Des groupes de travail correspondant aux domaines prioritaires tiendront des réunions trimestrielles afin d’examiner les progrès et de discuter des activités dans chaque domaine. Toutes les organisations partenaires participeront à une assemblée annuelle afin d’examiner l’ensemble des activités et de redéfinir, au besoin, les domaines de collaboration.

À l’avenir, le partenariat pourrait s’étendre à d’autres organismes d’ETS, sous réserve de l’accord des membres actuels; l’entente fera l’objet d’une révision deux ans après sa signature.

Citation

« Quand l’ACMTS a dévoilé son plan stratégique en avril 2022, nous étions déterminés à intensifier nos travaux en collaboration avec des partenaires dans le monde en vue de faire progresser les connaissances en matière d’ETS. Ce partenariat est un bel exemple de notre engagement à favoriser la collaboration et à mettre à profit notre rôle de plaque tournante de l’ETS au Canada. »

Suzanne McGurn, PDG de l’ACMTS