Apnée obstructive du sommeil

La valeur de l’analyse économique stratifiée dans la prise de décisions éclairées : étude de cas d’interventions de prise en charge de l’apnée obstructive du sommeil

Auteure-présentatrice : Dre Bernice Tsoi, économiste de la santé, ACMTS

Coauteure : Karen Lee, directrice, économie de la santé, ACMTS

Contexte : Lorsque les caractéristiques du patient influencent l’efficacité clinique des interventions, des analyses stratifiées devraient être menées. Nous illustrons à l’aide d’un exemple de traitements pour l’apnée obstructive du sommeil (AOS) comment les résultats du rapport cout-efficacité peuvent différer selon que la stratification est entreprise ou non, et les conséquences potentielles pour les décideurs.  
Méthodologie : L’impact des analyses stratifiées a été exploré en se basant sur un modèle économique conçu pour l’OSA. Les preuves cliniques suggèrent que les effets du traitement de sous-groupes particuliers peuvent être observés d’après l’index d’apnée-hypopnée initial (IAH); mesure de la gravité de la maladie basée sur le nombre d’évènements d’apnée et d’hypopnée par heure de sommeil). L’efficacité relative, estimée à partir de deux ensembles de données différents, a été incorporée dans le modèle :

  • Des mesures stratifiées (à partir des estimations par paires de métaanalyses individuelles)
  • Une seule mesure agrégée (à partir d’une métaanalyse en réseau de l’ensemble de la population étudiée)  

Résultats : L’interprétation du rapport cout-efficacité des stratégies thérapeutiques de l’AOS s’est avérée dépendre de la gravité de la maladie initiale du patient. À un seuil de consentement à payer de 50 000 $/AVAQ, les interventions considérées comme les plus rentables, selon toute probabilité, diffèrent selon la gravité de la maladie, les interprétations étant différentes selon que des données agrégées ou stratifiées ont été utilisées pour les besoins des estimations cliniques du traitement.
Conclusion : Lorsque l’hétérogénéité est constatée dans les estimations cliniques, ces dernières doivent être prises en compte dans les modèles économiques. Grâce aux estimations thérapeutiques de la population dans son ensemble par rapport aux populations stratifiées, on peut atteindre différents résultats. Cette étude met en évidence la valeur des analyses économiques stratifiées pour faciliter la formulation de recommandations politiques significatives et peut inciter à une utilisation plus efficace des ressources. 


Évaluation économique d’un dispositif portatif de détection de l’apnée obstructive du sommeil à domicile (BresoDx)

Auteur-présentateur : Dr Petros Pechlivanoglou, scientifique, Hospital for Sick Children Research Institute 

Contexte : 5 % des adultes souffrent d’apnée obstructive du sommeil (AOS), mais la plupart d’entre ont n’ont en fait reçu aucun diagnostic. Les malades non traités souffrent d’une somnolence diurne, d’un état fonctionnel altéré et présentent un risque accru d’accidents d’automobile et de décès. Le diagnostic d’AOS est couteux. En Ontario, il s’est chiffré à plus de 40 millions de dollars en 2008. La polysomnographie (PSG) est l’outil de diagnostic de l’AOS par excellence, mais nécessite d’être utilisée durant la nuit dans un centre de sommeil spécialisé. BresoDxMD, un moniteur portable monocanal (acoustique) que l’on utilise à la manière d’un masque, a été mis sur pied au Canada et peut être employé à domicile. Objectif : Calculer le cout-utilité du moniteur portable BresoDxMD pour orienter le diagnostic d’AOS chez les patients présentant des signes d’AOS.
Méthodologie : Dans le cadre d’une évaluation complète de la technologie, nous avons entrepris une analyse cout-utilité en comparant trois stratégies : le diagnostic guidé par l’utilisation de i) BresoDxMD à domicile; ii) BresoDxMD à domicile, suivi par la PSG pour les patients dont les résultats des tests à domicile sont négatifs ou indéterminés; iii) la PSG pour tous les patients. Nous nous sommes appuyés sur une microsimulation pour modéliser le diagnostic et l’histoire naturelle de l’AOS. Le modèle a été rempli partiellement par notre essai randomisé compagnon.
Résultats : Le diagnostic guidé par BresoDxMD se traduit par une AVAQ légèrement inférieure (-0,04) et des couts inférieurs liés au traitement et au diagnostic (-32 $) par rapport au diagnostic guidé par la PSG. BresoDxMD suivi par la PSG se traduit par une AVAQ similaire, mais des couts globaux plus élevés (62 $) en raison du fait que tous les patients recevant un diagnostic négatif subissent un second diagnostic guidé par la PSG.
Conclusions : Compte tenu des hypothèses du modèle, le diagnostic fondé sur le moniteur portable BresoDxMD, suivi par la PSG s’avère tout aussi efficace en étant toutefois très légèrement plus couteux que le diagnostic guidé par la PSG. En cas de réduction du prix du BresoDxMD ou d’un suivi plus conservateur après un diagnostic d’OSA, le BresoDxMD peut générer des économies.


Exactitude comparative du dispositif portatif de surveillance du sommeil de niveau IV et de la polysomnographie dans le diagnostic d’apnée obstructive du sommeil : revue systématique et métaanalyse

Auteure-présentatrice : Dre Lusine Abrahamyan, épidémiologiste clinique ET professeur adjointe, Toronto Health Economics and Technology Assessment (THETA) Collaborative et Université de Toronto

Coauteurs : Dre Yeva Sahakyan, Institute of Health Policy, Management and Evaluation (IHPME), Université de Toronto ; Suzanne Chung, Université de Toronto; Dr Petros Pechlivanoglou, The Hospital for Sick Children Research Institute ; Steven Carcone, Université de Toronto; Dre Valeria Rac, Toronto Health Economics and Technology Assessment (THETA) Collaborative, University Health Network; Dr Murray Krahn, Toronto Health Economics and Technology Assessment (THETA) Collaborative, University Health Network; Joanna Bielecki, Toronto Health Economics and Technology Assessment (THETA) Collaborative, University Health Network 

Objectif : L’apnée obstructive du sommeil (AOS) est une maladie sous-diagnostiquée qui touche 3 à 4 % des femmes et 6 à 9 % des hommes. La polysomnographie (PSG) de type I effectuée dans un laboratoire pendant la nuit représente l’outil de diagnostic de l’AOS par excellence. Les études du sommeil diagnostiques peuvent être aussi menées à domicile à l’aide de moniteurs portables (MP) de type IV qui utilisent moins de canaux, mais offrent un meilleur confort et réduisent les couts. L’étude visait à examiner systématiquement les données probantes sur la capacité des MP de type IV par rapport à la PSG pour le diagnostic des patients atteints d’AOS présumée. 
Méthodologie :

  • Participants : patients ≥ 16 ans présentant des symptômes évocateurs d’AOS
  • Intervention : MP de type IV pour le diagnostic de l’AOS
  • Comparateur : PSG en laboratoire
  • Résultats : Mesures de précision diagnostique
  • Études : transversales, prospectives d’observation/expérimentales/quasi expérimentales
  • Sources documentaires : MEDLINE et la Cochrane Library du 1er janvier 2010 au 10 mai 2016. Toutes les étapes de l’étude ont été réalisées indépendamment par deux enquêteurs  

Résultats : Nous avons dépouillé 6 054 résumés et 115 articles en texte intégral et avons sélectionné 24 articles en texte intégral pour l’examen final. Lors de ces 24 études, un total de 2 068 patients atteints d’AOS présumée ont été inscrits et 11 MP différents possédant de 1 à 6 canaux ont été évalués. Seules 7 études (29 %) ont testé les MP en milieu familial. La différence moyenne (biais) entre les mesures de l’index d’apnée-hypopnée (IAH) à l’aide de la PSG et du MP varie de -6,5 à 13,5 évènements/heure. Pour un IAH ≥5 évènements/heure, la sensibilité du MP de type IV varie de 67,5 à 100 % et la spécificité de 25 à 100 %.
Conclusions : les MP de type IV offrent la possibilité d’étendre l’accès au traitement pour ce trouble médical sous-diagnostiqué. Les recommandations des politiques concernant l’utilisation des MP devraient envisager les implications sanitaires et sociétales des diagnostics positifs et négatifs erronés, de même que leur rentabilité. 


SIESTA, étude du sommeil à domicile à l’aide du dispositif portatif BresoDx aux fins de diagnostic de l’apnée obstructive du sommeil : essai clinique pragmatique, comparatif et randomisé

Auteurs-présentateurs : Dre Valerie Rac, directrice adjointe de programme, Toronto Health Economics and Technology Assessment (THETA) Collaborative, et professeure adjointe, Université de Toronto ; Dr Nicholas Mitsakakis, biostatisticien, Toronto Health Economics and Technology Assessment (THETA) Collaborative, professeur adjoint, Institute of Health Policy Management and Evaluation, Université de Toronto

Coauteurs : Dre Lusine Abrahamyan, épidémiologiste clinique, Toronto Health Economics and Technology Assessment (THETA) Collaborative, professeure adjointe, Université de Toronto ; Suzanne Chung, associée en recherche, Toronto Health Economics and Technology Assessment (THETA) Collaborative; Dr Petros Pechlivoanoglou, scientifique, Hospital for Sick Children ; Dr Michael Fitzpatrick, chef du personnel et responsable des affaires médicales et universitaires, Hotel Dieu Hospital, Kingston; Dr Murray Krahn, directeur de programme, Toronto Health Economics and Technology Assessment (THETA) Collaborative, professeur, Département de médecine, Université de Toronto

Les ECR visaient à évaluer 1) la précision du diagnostic clinique de l’apnée obstructive du sommeil (AOS) guidé par l’étude du sommeil à domicile à l’aide du moniteur portable BresoDxMD par rapport au diagnostic clinique guidé par la polysomnographie (PSG) comme norme de référence; et 2) la concordance entre les mesures de l’index d’apnée-hypopnée (IAH) à l’aide du BresoDxMD et de la PSG. L’étude pragmatique, multicentrique, randomisée et à simple insu SIESTA a été réalisée auprès de patients adultes présentant des symptômes évocateurs d’AOS et orientés vers trois cliniques de sommeil de l’Ontario. Les patients ont été randomisés dans les bras séquentiels BresoDxMD/PSG ou PSG/BresoDxMD. Dans chaque clinique de sommeil, deux spécialistes du sommeil ont été randomisés pour effectuer le diagnostic et l’évaluation clinique des patients.     243 patients ont terminé les deux études du sommeil – 126 dans le bras BresoDxMD/PSG et 117 dans le bras PSG/BresoDxMD. 213 patients ont assisté aux deux consultations; 111 dans le bras BresoDxMD/PSG et 102 dans le bras PSG/BresoDxMD. La sensibilité de la précision diagnostique clinique du moniteur BresoDxMD par rapport à la PSG était de 0,867-0,897 et la spécificité était de 0,396-0,458. Selon un seuil ≥ 5 évènements/heure pour l’IAH, la spécificité (IC à 95 %) du MP BresoDxMD était de 0,47 (0,35, 0,60), la sensibilité était de 0,85 (0,78, 0,90) et la surface sous la courbe (SSC) était de 0,794. Au seuil de ≥ 15 évènements/heure, la spécificité du MP BresoDxMD était de 0,95 (0,90, 0,98), la sensibilité était de 0,60 (0,51, 0,69) et la SSC était de 0,856. Une stratégie combinée de présélection avec le BresoDxMD suivie par la PSG pour les patients obtenant des résultats négatifs pourrait être utilisée avec une confiance clinique raisonnable comme dispositif de dépistage et de diagnostic de l’AOS chez une population présentant une probabilité élevée d’AOS modéré à sévère lors d’un test préliminaire.